Jean Paul II au Luxembourg (Ascension 1985)

Jean Paul II au Luxembourg (Ascension 1985)

Chers Frères et Sœurs! L'Eglise qui est au Luxembourg est appelée, à son tour, à prendre la route de Jésus Christ; elle est, elle aussi, une Eglise en pèlerinage. Mais où en est-elle aujourd'hui? Quelle est sa route en 1985?

Dans le passé, votre pays du Luxembourg a surmonté heureusement beaucoup de difficultés et écarté bien des menaces, celles de la guerre, des troubles politiques, du dénuement. Grâce à votre dynamisme, le niveau de vie s'est élevé dans le pays. Un aéroport, des émetteurs de radio et de télévision, des Organisations et des banques internationales ont ouvert votre ville à l'Europe et l'ont rendue accueillante pour tous. "Le Luxembourg appartient à la société d'opulence avec ses avantages, ses ombres et ses excès", ainsi s'exprimait votre quatrième synode diocésain.

Cependant, sur cette place qui a été témoin de la première vénération pour l'image de la "Consolatrice des affligés", je voudrais aujourd'hui reprendre certaines questions importantes que vous a posées votre Evêque dans sa lettre pastorale du mois d'octobre dernier: "Qu'en est-il de la foi et de la prière dans nos familles, de la sanctification du dimanche, de la transmission de la foi aux jeunes générations? Qu'est-ce qui manque à notre communauté de foi, quand les vocations sacerdotales et religieuses aboutissent en si petit nombre? Notre espérance est-elle ce sel de la terre qui doit redonner saveur, c'est-à-dire sens et plénitude, à la vie de tant d'hommes, devenue plate et insipide dans le vide spirituel de notre époque? Nos communautés chrétiennes sont-elles ces villes sur la montagne, dont la lumière brille aux yeux des hommes afin qu'ils rendent gloire à notre Père des cieux? L'amour que Dieu nous témoigne nous ouvre-t-il les yeux pour ce qui doit changer dans nos rapports humains, afin que notre société soit davantage imprégnée de justice et d'amour?".


Le Christ nous a appris à mener notre vie comme un cheminement vers le Père. En tant que chrétiens, notre réflexion et notre action doivent sans cesse tenir compte du Dieu du ciel; oui, et même lui accorder la première place. "Notre Père qui es aux cieux": puisqu'il nous est permis de dire cette prière, reprenons-la sans nous lasser! Si nous contemplons l'Ascension du Christ, si nous allons vers le Père à sa suite, ce n'est pas pour regarder vers le ciel comme en rêve, ce n'est pas pour rester passifs et oublier nos responsabilités quotidiennes dans les événements concrets. Au contraire, le Notre Père nous apprend en même temps à prier et à faire tout notre possible pour que la volonté de Dieu se réalise dès maintenant parmi nous, pour que "le ciel vienne sur terre", pour que le Règne de Dieu s'instaure dans nos cœurs, dans nos familles et dans la société.

Cependant, éblouis par le progrès et le bien-être, les hommes d'aujourd'hui ne portent souvent leur regard que vers la terre; ils ne regardent pas plus loin que le monde où ils s'enferment, ils acceptent la sécularisation. On organise consciemment son mode de vie en fonction des seules réalités d'ici-bas, sans aucune attention à Dieu et à sa volonté. C'est depuis toujours la même tentation d'oublier Dieu, ou du moins de vivre comme s'il n'existait pas (Cfr. Sap. 2, 19). Cette manière de vivre, où l'on se refuse à regarder vers le Père des cieux, ne peut cependant pas éteindre en l'homme l'aspiration profonde qui est en lui, parce qu'il a un destin éternel. Pourtant, son aveuglement l'amène à se nourrir d'illusions, à idolâtrer les réalités terrestres: cela le déçoit profondément et il en vient à des comportements suicidaires. Quand l'homme croit se réaliser par ses forces, il réduit au silence le désir de Dieu qui est en lui, pour se livrer à la recherche insatiable et égoïste du plaisir.

Mais je voudrais être auprès de vous un message de joie (Cfr. 2 Cor. 1, 24); au nom de Celui qui nous a promis la plénitude de la vraie vie, précisément en cette fête de l'Ascension du Christ, je vous encourage à orienter votre regard, votre pensée et vos recherches vers "en haut", vers le Christ qui nous précède. Nous avons besoin de ce regard vers le ciel, car il nous aide à faire bon usage des biens temporels; ainsi, nous ne perdrons pas le bien éternel, c'est-à-dire l'amitié de Dieu. Nous avons besoin de porter notre regard de croyants sur Dieu qui est le Père de tous. Lui seul nous rend capables de cette fraternité qui est nécessaire pour avoir le courage de combattre la faim parmi les hommes, d'établir la paix dans le monde, d'apaiser les conflits, pour vaincre le mal par le pardon et choisir la vie plutôt que la mort.

6. Les paroles que Moïse adressait au Peuple de Dieu dans l'ancienne Alliance gardent leur valeur pour nous, chrétiens:

"Je te propose de choisir entre la vie et la mort, entre la bénédiction et la malédiction. Choisis donc la vie, pour que vous viviez, toi et ta descendance" (Deut. 30, 19).

La route de notre pèlerinage sur la terre demande que nous choisissions sans cesse entre la "vie" et la a mort": la vie éternelle ne se trouve qu'en Dieu; par lui-même, le monde ne peut offrir aux hommes finalement que la certitude de la mort.

La foi oriente notre regard vers le Père, elle nous entraîne vers lui par le Christ qui est le vainqueur du monde. Ouvrez à Dieu votre vie, ouvrez votre vie de chaque jour à Dieu par la prière! Priez quotidiennement le Notre Père, comme les chrétiens ont pris l'habitude de le faire dès les premiers temps. Ouvrez à Dieu votre semaine de travail par la sanctification du dimanche et la participation régulière à l'Eucharistie. Respectez le jour du Seigneur comme un bien précieux! Cela peut nous éviter de devenir les esclaves du travail ou des divertissements. Dans le mariage et la famille, rappelez-vous vos responsabilités les uns envers les autres. Sanctifiez la vie du foyer selon l'enseignement de l'Eglise! Vivez de la foi, pour que la foi chrétienne puisse grandir aussi chez vos enfants et chez les jeunes.

Choisissez la vie que Dieu vous donne dans l'Eglise par le Christ car sa promesse est pour toujours! Dans votre vie, donnez, aux valeurs spirituelles et religieuses la première place, avant les valeurs matérielles! Défendez les valeurs morales fondamentales dans la société; seules elles garantissent une vie commune digne de l'homme. Celui qui s'engage résolument en faveur du droit et de la justice là où il exerce ses responsabilités personnelles, celui-là peut s'engager aussi à défendre fermement les grandes aspirations des peuples et de l'humanité. Et celui qui le fait dans l'esprit du Christ sait qu'il contribue ainsi à la venue du Règne de Dieu en notre temps; dans le Notre Père, nous prions spécialement pour que ce chemin soit préparé. Malgré toutes les menaces réelles que la guerre atomique et la dégradation morale font peser sur l'humanité, le croyant sait à qui appartiendra finalement l'avenir. L'Evangile de l'Ascension nous l'annonce: "Il reviendra!". Dieu est le premier, il sera aussi le dernier. Jésus est l'Alpha et l'Oméga de toute l'histoire, celui qui est, qui était et qui vient (Cfr. Act. 1, 8).

7. Chers Frères et Soeurs, puisse ma visite pastorale, inspirée par le thème du Notre Père, vous aider à reprendre mieux: conscience de la grâce de votre vocation chrétienne et de vos responsabilités! La fête de l'Ascension donne une force incomparable à la prière du Seigneur: en célébrant le Christ monté aux cieux, toute la communauté se tourne vers le Père, comme nous le faisons humblement chaque jour dans la prière que le Seigneur nous a confiée.

L'Apôtre Paul a écrit dans la lettre aux Ephésiens:

"Que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père dans sa gloire, vous donne un esprit de sagesse pour le découvrir et le connaître vraiment. Qu'il ouvre votre cœur à sa lumière pour vous faire comprendre l'espérance que donne son appel, la gloire sans prix de l'héritage que vous partagez avec les fidèles, et la puissance infinie qu'il déploie pour nous, les croyants" (Eph. 1, 17-19).

Dans ce pays, les témoins de la foi ont annoncé le Christ, lui, l'homme glorifié sur la Croix et assis à la droite du Père. Dans ce pays, de nombreuses générations d'hommes ont redit la prière du Notre Père. Vous-mêmes, vous l'avez choisie comme thème conducteur de la visite qu'accomplit parmi vous l'Evêque de Rome, le successeur de Pierre.

Que cette prière soit toujours pour vous un soutien, chers Frères et Sœurs:

- qu'elle aide votre génération et les générations suivantes à connaître Dieu plus profondément;

- qu'elle "illumine les yeux de votre cœur", afin que rien ne vous trouble ou vous aveugle;

- qu'elle vous rende toujours plus conscients "de l'espérance que donne son appel, à vous, les chrétiens";

- qu'elle vous fasse comprendre "quel Royaume vous donne la gloire sans prix de l'héritage" que le Christ nous a laissé, grâce à sa naissance de la Vierge Marie;

- qu'elle vous fasse découvrir "la puissance infinie qu'il déploie pour nous les croyants": cette puissance qui a été manifestée par sa Résurrection et par son Ascension!

Jésus Christ: vrai Fils de Dieu!

Jésus Christ: vrai homme, qui siège "à la droite de Dieu"!

Amen.


O Christ, Seigneur, Fils bien-aimé du Père,
Ami de l'homme, Maître qui aimes la vie,
tu n'oublies aucune créature.

Regarde l'Eglise qui est à Luxembourg,
envoie en elle le souffle vivifiant et le feu de ton Esprit.
Marque-la du sceau de l'Esprit Saint,
rappelle aux baptisés qu'ils sont membres de ton Corps.
Habite en leurs cœurs par la foi.
Enracine-les et fonde-les dans l'amour.
Ouvre-les à la louange de ta gloire.

O Christ, Seigneur, Puissance et Sagesse de Dieu,
tu amèneras toute chose à son accomplissement,
car la puissance de ton amour surpasse toute connaissance;
tu peux nous donner plus que ce que nous savons demander.

Donne à ton peuple un esprit de sagesse,
illumine les yeux de son cœur
afin qu'il accueille en ta Parole le ferment de toute sa vie
de la famille et de la société, du travail et du loisir,
de l'enfance et de la jeunesse,
de l'âge adulte et de la vieillesse.

O Christ, Sagesse de Dieu,
reflet resplendissant de sa gloire et expression de son être,
tu portes l'univers par la puissance de ta Parole.
Apprends à ce peuple le vrai sens des choses de ce monde
et l'amour des biens éternels,
afin qu'il sache disposer de tes dons
en discernant le bien et le mal.

Donne-lui l'amour dans les relations familiales,
la justice dans les relations sociales,
la vérité dans les communications,
la réconciliation dans les conflits.

Aide les hommes de ce pays à mettre à profit le temps,
pour servir ton Père et tous leurs frères,
pour s'armer contre les forces du mal
et vivre en enfants de lumière.

O Christ, Fils de Dieu,
tu t'es dépouillé, prenant la condition de serviteur,
et tu devins semblable aux hommes jusqu'à la mort de la Croix.
Premier-né d'entre les morts, Christ ressuscité,
par toi il a plu au Père de réconcilier tous les êtres.
Par notre baptême dans ta mort et ta résurrection,
tu nous donnes de vivre, nous aussi, dans une vie nouvelle.

Par la Vierge Marie, ta Mère au cœur immaculé, nous te prions:
fais-nous découvrir les trésors de sagesse cachés en toi.
Avec Marie, nous voulons les retenir
et les méditer dans nos cœurs.
Avec Marie, présente au milieu des disciples,
donne-nous d'être témoins fidèles,
dans la foi et l'amour.

Amen.


Jean Paul II, Solennité de l'Ascension du Seigneur
Luxembourg - Jeudi, 16 mai 1985