19 août 1917 à Fatima

19 août 1917 à Fatima

L'administrateur du conseil de Villanova, président de la loge maçonnique, réagit. Le 11 août, il convoque les deux pères des voyants. Lucie préférerait répondre pour eux et répond à son père : « Si on te tue, dis-leur que Francisco et moi, [...] nous voulons mourir aussi. » Après de longs interrogatoires, les voyants sont séquestrés. Ils ne sont libérés que le 15 août[1].

Le dimanche 19 août, sœur Lucie raconte dans ses mémoires[2].

J'étais avec mes brebis, en compagnie de François et de son frère Jean, à un endroit appelé Valinhos, et je sentis que quelque chose de surnaturel s'approchait et nous enveloppait. Soupçonnant que Notre Dame allait nous apparaître, et ayant de la peine de Jacinthe ne soit pas là pour la voir, nous demandâmes à son frère Jean d'aller la chercher. Comme il ne voulait pas y aller, je lui offris pour cela deux « vinténs » et il partit en courant. Entre temps, je vis, avec François, le reflet de la lumière, celle que nous appelions éclair. Jacinthe étant arrivée, un instant après, nous vîmes Notre Dame au-dessus du chêne vert.

- Que voulez-vous de moi ?

- Je veux que vous reveniez à la Cova da Iria le 13, et que vous continuiez à réciter le chapelet tous les jours. Le dernier mois, je ferai le miracle pour que tous croient.

- Que voulez-vous que l'on fasse de l'argent que les gens laissent à la Cova da Iria ?

- Faites deux brancards. Tu porteras l'un avec Jacinthe et deux autres petites filles habillées de blanc. L'autre, François le portera avec trois autres garçons comme lui, vêtus d'une aube blanche. L'argent des brancards est pour la fête de Notre-Dame du Rosaire, et ce qui restera sera pour aider à construire une chapelle que l'on fera faire.

- Je voudrais vous demander la guérison de quelques malades.

- Oui, j'en guérirai certains dans l'année.

Et, prenant un air plus triste : « Priez, priez beaucoup et faites des sacrifices pour les pécheurs car beaucoup d'âmes vont en enfer parce qu'elles n'ont personne qui se sacrifie et prie pour elles. »

Comme d'habitude, elle commença à s'élever en direction du levant.

Plus tard, sœur Lucie commente[3] :

« Aujourd'hui, à travers le temps et les évènements, je vois dans ces brancards de procession comme une annonce de beaucoup d'autres qui ont porté la statue de Notre Dame et l'ont amenée jusqu'aux limites de la terre [...] Ce pèlerinage n'est pas terminé et où il passe il apporte la lumière de la foi, de l'espérance, de la confiance et de l'amour. »


[1] René Laurentin, article « Fatima », dans : René Laurentin et Patrick Sbalchiero, Dictionnaire encyclopédique des apparitions de la Vierge. Inventaire des origines à nos jours. Méthodologie, prosopopée, approche interdisciplinaire, Fayard, Paris 2007.

[2] 4° mémoire de sr Lucie. ur Lucie, Mémoires de sœur Lucie, Vice-Postulaç?o dos videntes, Fatima 1991, p. 173-174

[3]ur Lucie, Le message de Fatima, Carmel de Coimbra, Fatima 2006, p. 63

Synthèse F. Breynaert