L’appel au sacrifice (Sr Lucie de Fatima)

L’appel au sacrifice (Sr Lucie de Fatima)

Au plus fort de l'été 1916 à Fatima, l'ange avait préparé les petits bergers en leur disant :

- "Offrez constamment au Très-Haut des prières et des sacrifices."

- [Lucie] demanda : "Que devons-nous sacrifier ?"

- "Tout ce que vous pourrez : offrez à Dieu en sacrifice, un acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé et de supplication pour la conversion des pécheurs.

Attirez ainsi la paix sur votre patrie. Je suis son ange gardien, l'ange du Portugal. Surtout acceptez et supportez avec soumission les souffrances que Dieu vous enverra."

ur Lucie de Fatima commente :

Les sacrifices peuvent porter sur des biens spirituels, intellectuels, moraux, physiques et matériels.

« Que sert donc à l'homme de gagner le monde entier, s'il se perd ou se ruine lui-même? » (Luc 9, 25)

« Qui ne prend pas sa croix et ne suit pas derrière moi n'est pas digne de moi. » (Matthieu 10, 38)

« De tout ce que vous pourrez, offrez à Dieu un sacrifice en acte de réparation pour les péchés par lesquels il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs. » (paroles de l'ange de Fatima)

Se sacrifier de ce qui nous est nuisible, par exemple l'excès d'alcool.

Mais il faut aller plus loin, sacrifiez-vous, et, avec ce que vous avez de superflu et que vous dépensez mal, venez en aide à vos frères qui n'ont pas le nécessaire et qui sont entrain de mourir de faim et de froid. C'est le sacrifice que Dieu nous demande et exige de nous ; si nous ne nous sacrifions pas en cette vie, nous devrons être sacrifiés dans la vie éternelle, et cela non seulement parce que nous aurons fait le mal mais aussi parce que nous n'aurons pas fait le bien.

« Car j'ai eu faim et vous ne m'avez pas donné à manger, j'ai eu soif et vous ne m'avez pas donné à boire, j'étais un étranger et vous ne m'avez pas accueilli [...] En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous ne l'avez pas fait à l'un de ces plus petits, à moi non plus vous ne l'avez pas fait. Et ils s'en iront, ceux-ci à une peine éternelle, et les justes à une vie éternelle. » (Matthieu 25, 42-46)

Il y a ensuite toute une série de petits sacrifices que nous pouvons et jusqu'à un certain point que nous devons offrir à Dieu.

Faire notre prière avec foi et attention. Dieu veut que notre prière soit faite en vérité, que nous prenions conscience de ce que nous sommes, de notre pauvreté, de notre néant devant Lui ; que nous nous rendions compte de ce que nous demandons et de ce que nous promettons...

Souvent il sera nécessaire de sacrifier un peu de notre repos : nous lever un peu plus tôt ; ou le soir, faire le sacrifice d'éteindre la radio ou la télévision.[1]

Offrir à Dieu quelque petit plaisir dans la nourriture, sans que cela porte atteinte aux forces physiques dont nous avons besoin pour pouvoir travailler. Et si on nous offre quelque chose de bon, prenons-le avec simplicité et sans nous faire de soucis, remerciant Dieu pour le cadeau, parce que nous ne pouvons pas croire que Dieu, qui est un si bon Père, soit seulement content de nous quand il nous voit mortifiés. Dieu a créé de bonnes choses pour ses enfants et il aime les voir s'en servir, sans en abuser. [2]

Le sacrifice dans les habits : supporter un peu le chaud ou la chaleur sans nous plaindre. Nous habiller avec décence et modestie, sans nous rendre esclave du dernier cri de la mode. Nous devons nous habiller en accord avec la morale chrétienne, la dignité personnelle et la solidarité avec les autres, offrant à Dieu le sacrifice de notre vanité. [3]

Supporter avec sérénité les contrariétés qui se présentent sur notre chemin : parfois ce sera une parole désagréable, qui nous irrite et nous choque ; d'autres fois, ce sera un sourire ironique, du mépris, une contradiction, quelque chose qui nous met de côté, qui ne nous prend pas en compte ; d'autres fois encore, ce sera une incompréhension, un reproche, un rejet, un manque d'attention, un oubli, une ingratitude, etc...[4]


[1]ur Lucia, Appels du message de Fatima, Sanctuaire de Fatima 2006, p. 110-111

[2]ur Lucia, Ibid., p. 112

[3]ur Lucia, Ibid., p. 112

[4]ur Lucia, Ibid., p. 112

Lire plus sur Fatima