Suède

Le christianisme pénétra en Suède par le bénédictin saint Anscare, vers 830. Après le baptême du roi Olof Skòtkonung (1008), l'activité missionnaire se développa fortement.

Au XI° siècle, l'Ave Maria était la prière préférée du peuple et des moines. Elle était récitée avec le Notre Père et le Credo à chaque prédication; elle était gravée sur les pierres tombales[1] et sur les cloches des églises.

L'Assomption fut la première fête nationale de Suède.

Une coutume était très significative de la place de Marie : la mariée, le jour des noces, portait sur la tête la couronne de la statue de Marie vénérée en paroisse.

A Vadstena, Brigitte (1303-1373) fonda un ordre masculin et un ordre féminin, que Jésus, selon les « Révélations », avait appelé "le monastère de ma Mère"[2] et qui devint rapidement un sanctuaire marial au rayonnement très intense.

Le roi Gustave I Vasa (1495-1560) introduisit le protestantisme en Suède. Il fallut attendre l'édit de tolérance de Gustave II qui donna aux catholiques, en 1781, la liberté de culte.

Les écrivains romantiques, par exemple Verner Von Heidenstam (1859-1940), en affirmant l'importance de la tradition des peuples, surent retrouver le patrimoine religieux du Moyen-Âge et le culte marial, avec sa charge émotionnelle, artistique et littéraire.

Au XX° siècle, les couvents de Stockholm et de Vadstena devinrent des centres oecuméniques d'importance nationale.

Actuellement, la Suède n'a pas de sanctuaires marials, mais quelques pèlerinages locaux.

L'église d'Oskarstrom, édifiée en 1910 par des immigrés polonais, accueille tous les ans, le premier dimanche de mai, presque tous les catholiques de la nation, soit environ 28000, guidés par leur évêque.

Pour l'Assomption, les catholiques de toutes les paroisses de Stockholm se rendent tous les ans à Djursholm, chez les sœurs de l'ordre de Brigitte, pour une procession solennelle et une célébration liturgique devant une grotte de Lourdes.

Après 1952, beaucoup de statues de Marie ont été réintégrées dans les églises luthériennes, les fidèles les honorent par des fleurs et des bougies, et les pasteurs s'engagent dans la prédication.


[1] On écrivait aussi de simples invocations mariales telles que : « Que Dieu et la Mère de Dieu secourent son esprit; Que Dieu aide son esprit et son âme. Que la Mère de Dieu l'assiste plus qu'il ne l'a mérité ».

[2] Brigitte, Révélations (X, 4)

 


Attilio GALLI, Madre della Chiesa dei Cinque continenti, Ed. Segno, Udine, 1997, p. 315-347

 

 

 

Par discrétion je ne communique que des prénoms et pas de nom
 
Je serai informé de la prise en charge de mon intention par email Mon prénom sera transmis à la personne qui priera pour mon intention