Un protestant parle de la douleur de Marie (Kierkegaard)

Un protestant parle de la douleur de Marie (Kierkegaard)

« Comme le Christ crie : "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?" (Mt 27,46), ainsi la Vierge Marie dut être pénétrée par une souffrance qui au plan humain correspondait à celle de son Fils. "Une épée te transpercera l'âme et révélera les pensées intimes de bien des cœurs" (cf. Lc 2, 35) même du tien : oserais-tu croire encore, serais-tu encore assez humble pour croire en vérité que tu es celle choisie parmi toutes les femmes, celle qui a trouvé grâce devant Dieu !»[1]

S.Kierkegaard, Journal XI 1 A45

C'est un frère protestant qui a écrit ces lignes. Si l'un de nous l'avait fait, on aurait trouvé excessif de déclarer que Marie sur le Calvaire fut transpercée par une souffrance qui, humainement, correspondait à celle de son Fils. C'est pourtant la vérité, pourvu que l'on marque bien l'adverbe «humainement.»

Raniero CANTALAMESSA, Marie miroir pour l'Eglise, éd saint Augustin 2002, p.146-147

Raniero Cantalamessa, prédicateur de la Maison Pontificale.

Par discrétion je ne communique que des prénoms et pas de nom
 
Je serai informé de la prise en charge de mon intention par email Mon prénom sera transmis à la personne qui priera pour mon intention