Lc 2, 19.51 : Mémoire et sagesse

Lc 2,19 et 2,51 Se souvenir de toute l’histoire du salut comme exercice de sagesse.

« Et sa mère gardait fidèlement toutes ces choses en son cœur »

(Lc 2,51 cf. Lc 2, 19)

Israël

« Gardes-toi bien d’oublier les choses que tu as vues ; qu’elles ne sortent pas de ton cœur, durant tout le temps de ta vie… Gardez-vous d’oublier l’alliance que le Seigneur votre Dieu a établie avec vous. »

(Dt 4,9.23)

A travers toutes "les choses que tu as vues", le Seigneur de l’Alliance révèle sa Sagesse, c’est-à-dire son projet, son dessein de salut concernant la création tout entière.

Les modes de présence du Dieu de l’alliance - qui parle et agit "en beaucoup d’étapes et de nombreuses manières" (He 1, 1) sont présentées dans les livres sacrés : la Loi de Moïse, les Prophètes, les Psaumes.

Donc celui qui médite ces livres, qui conserve dans son cœur les enseignements qu’ils renferment, devient sage, il entre dans l'optique de Dieu et vit selon les indications de sa Parole (Cf. Si 50,27-29).

Marie

La méditation de Marie se concentre sur "toute" l’histoire du Fils. Marie répétait ainsi l’itinéraire de sagesse qui avait déjà caractérisé la physionomie spirituelle d’Israël.

Elle réfléchit et assimile.

En s’avançant sur ces chemins, elle aussi grandissait en sagesse ; elle apprenait même à devenir la femme qui accueille l’œuvre de Jésus, lui qui est la Sagesse, "puissance de Dieu et Sagesse de Dieu" (1 Cor 1,24).


A. SERRA

(Marianum, Rome)

Cf. A. SERRA, Memoria e contemplazione (Lc 2,19.51b),

dans “Theotokos” VIII (2000), p. 821-859.

N.B. "Theotokos" : centro Mariano Monfortano, via Romagna, 44 – 00187 Roma.