Marie, terre de l’Église (S. Ephrem, † 373)

Marie, terre de l’Église (St Ephrem, † 373)

Dans un très beau texte, saint Ephrem appelle Marie "terre" de l'Église:

« De même que, par la condamnation du seul Adam tous les corps sont morts et meurent encore, ainsi, par la victoire de l'unique corps du Christ, toute l'Église a vécu et vit encore.

Mais, de même que les corps eux-mêmes ont péché et meurent, et que la terre, leur mère, est maudite, ainsi à cause de ce corps, qui est lui-même l'Église incorruptible, sa terre, est bénie depuis le commencement.

La terre, c'est le corps de Marie, ce temple en qui une semence a été déposée.»[1]

Puis saint Ephrem établit un parallèle Ève-Marie intéressant sous un nouveau point de vue:

« Marie nous a donné le pain de la vie, à la place du pain de la souffrance que nous a donné Eve. »

(Saint Ephrem, Hymne pour les azymes, 1, 6-7)

Puis en s'adressant au Cénacle il dit:

« Béni soit ton endroit, où fut rompu ce pain [provenant] de la gerbe vénérée [= Marie].

En toi fut pressé la grappe [provenant] de Marie, le calice de la rédemption. »

(Saint Ephrem, Hymne pour les azymes, 1, 6-7)

Toutes ces comparaisons sont un prélude à la relation entre Marie et l'Eglise, et entre Marie et l'Eucharistie.


[1] Saint Ephrem, Diatessaron IV,5, Sources chrétiennes 121 par L.LELOIR, Cerf, Paris, 1966, p.102


A. Gila

Par discrétion je ne communique que des prénoms et pas de nom
 
Je serai informé de la prise en charge de mon intention par email Mon prénom sera transmis à la personne qui priera pour mon intention