Pas d'Eglise sans Marie (Chromace d’A, 4° siècle)

Pas d'Eglise sans Marie et les apôtres

Saint Chromace d'Aquilée († vers 407) a laissé aux Églises de tous les temps un message particulièrement fort :

« L'Église se réunit dans la chambre haute avec Marie, qui fut la Mère de Jésus, et ses frères.

Donc, on ne peut parler d'Église si Marie, la Mère du Seigneur, n'y est avec ses frères : car l'Église du Christ est là où l'on prêche que le Christ s'est incarné de la Vierge ; et l'on n'entend l'évangile que là où prêchent les Apôtres, frères du Seigneur. »[1]

Dans un autre sermon, tandis que saint Chromace commente la délivrance de saint Pierre hors de sa prison, il dit ceci :

« Mais nous ne pourrons sortir de la prison, c'est-à-dire de l'erreur de ce monde, que si le Seigneur nous visite par son ange. La porte de fer, c'est-à-dire la porte de la mort et du châtiment, que le Fils de Dieu a mise en pièces par la vertu de sa Passion, s'ouvrira devant nous ; et alors nous venons à la maison de Marie (c'est-à-dire) à l'Église du Christ, où habite Marie, la Mère du Seigneur. » [2]


[1] Saint CHROMACE d'Aquilée, sermon 30, 1, Sources Chrétiennes 164, par H.TARDIF, Cerf, Paris, 1971, p.134.

[2] Saint CHROMACE d'Aquilée, sermon 29,4, Sources Chrétiennes 164, par H.TARDIF, Cerf, Paris, 1971, p.131.


Synthèse F. Breynaert