Dimanche de la révélation à Joseph (rite maronite)

Dimanche de la révélation à Joseph (Suboro)

Le Suboro est la période avant Noël. Quelques extraits de la liturgie du jour :

Sinaxaire[1]

Mémoire de la révélation à Joseph.

Joseph était homme juste et droit, qui s'était fiancé à la Vierge Marie, c'est-à-dire qu'il avait convenu avec elle et sa famille de la prendre pour femme. Mais elle était encore dans la maison de ses parents et Joseph s'apprêtait à la conduire chez lui. Il ignorait qu'elle était destinée à être la mère du Sauveur attendu et que l'ange lui en avait porté l'annonce.

Quand il s'aperçut qu'elle était enceinte, il fut troublé et perplexe. L'ange lui apparut alors, lui révélant que l'enfant attendu était le saint, le Messie.

Il fit alors les cérémonies de l'entrée de la jeune-fille chez lui et vécut avec elle dans la pureté et la crainte de Dieu.

Aujourd'hui l'Église honore saint Joseph, que Dieu a choisi pour être père adoptif et gardien du Christ. Demandons sa protection, et que Dieu nous garde par sa prière. Amen.

Office des Matines

Prière de début.[2]

Toi qui habites la lumière, toi qui t'es abaissé jusqu'à t'établir dans le sein de la Vierge, nous t'adorons. Puisque Joseph ne pouvait pas en découvrir le mystère, tu le lui as révélé et tu l'as choisi comme ton père adoptif. En ce matin, accorde-nous de faire monter vers toi des chants de joie, en nous réjouissant avec Joseph et Marie et en glorifiant la Trinité , maintenant et toujours.

Amen.

Première prière et psaume 41[3]

O Dieu, mets le calme en nos âmes, ta paix en nos consciences, et ta vérité dans nos esprits, et nous te louerons en ce jour où tu as apaisé l'âme troublée de Joseph, marchant avec lui vers toi en toute confiance, louant ton nom vivant et saint, maintenant et à jamais.

Amen.

Sedro[4]

On ne peut te louer comme il convient, illustre et saint Joseph, tu as servi Jésus et sa Mère, attaché à eux jour et nuit.

en tes bras tu as porté celui qui porte les créatures, tu as nourri celui qui pourvoit à la nourriture de tous, tu as parlé avec le Verbe éternel, et fus le gardien de sa Mère, la Vierge bienheureuse, ta pure fiancée.

Que tu es heureux parmi les saints et illustre parmi les chastes ! Aussi te disons nous en mémoire de ta fête:

"Salut, ange qui as accompagné le sauveur et en écarté tout malheur !

Salut, chaste qui as protégé la Vierge, fille du Père et épouse de l'Esprit!

Salut, astre qui illumines le ciel de l'Église et guides ses enfants dans la bonne voie!

Salut, gloire des justes et honneur des élus.

Et maintenant nous te supplions, ô juste, d'intercéder pour nous, qui aujourd'hui fêtons ta mémoire, demandant au Seigneur que tu as servi toute ta vie durant qu'il dirige notre vie sur terre et nous protège de tout ce qui nuit à l'âme et au corps, qu'il accepter notre prière (et notre encens) pour les vivants et les morts, et nous élèverons la gloire à la Trinité vivifiante, maintenant et à jamais.

Amen.


[1] Prière du croyant selon l'année liturgique maronite, Beyrouth 2007, p. 230-231

[2] Ibid., p. 232

[3] Ibid., p. 232

[4] Ibid., p. 234-235


Extraits par F. Breynaert