Marie soutien de l'Eglise naissante

Marie soutien de l'Eglise naissante : les données bibliques

La tradition du rôle de Marie dans l’Église naissante remonte jusqu’aux premiers siècles. Le seul texte biblique dont le sens littéral traite de ce thème est Ac 1,14, qui décrit ainsi les Onze apôtres au cénacle après l’Ascension de Jésus :

« Tous, unanimes, étaient assidus à la prière, avec quelques femmes

et Marie, la Mère de Jésus,

et avec ses frères »

(Ac 1,14)

Ce texte retient l’attention et invite à la réflexion et à la méditation. Luc remarque la présence de Marie dans l’Église post-pascale, et en même temps il excite notre curiosité en ne nous disant presque rien d’elle. Presque rien, mais pas absolument rien. La mention de Marie parmi ceux qui attendaient que l’Esprit "vienne" sur eux et les remplisse de sa "force" (Ac 1,8), rappelle la scène de l’Annonciation, lorsque l’ange dit à Marie :

« L’Esprit saint viendra sur toi et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre »

(Lc 1,35)

Nous sommes encouragés à considérer que l’Église qui est sur le point de naître va continuer l’existence terrestre de l’enfant de Marie. Dans son évangile, S. Luc nous montre Marie prenant soin de son nouveau-né et veillant sur lui pendant toute son enfance. Dans Ac 1,14, il nous invite à penser que Marie a également pris soin de l’Église naissante. Luc nous fournit un autre indice par la manière même dont il construit Ac 1,14 : « Tous, unanimes (les apôtres) étaient … avec quelques femmes et Marie … et avec les frères ».


Luc voit Marie plus généralement dans un rôle central, médiateur, dans l’Église naissante

Notez la double copule "et" avant et après la mention de Marie. Le "et" la relie d’une part aux apôtres et à "quelques femmes" (sans doute celles qui accompagnaient le groupe apostolique; cf. Lc 8,7-3) et d’autre part avec les frères de Jésus.

Or, les deux extrêmes, apôtres et femmes croyantes d’une part, et frères de Jésus d’autre part, sont, dans les évangiles, loin d’être identiques, encore que Luc ne souligne pas l’opposition entre eux aussi fortement que ne le font Marc (3,21) et Jean (7,5).

Dans les Actes, la structure même de la phrase (1,14) assigne à Marie un rôle de médiation entre les extrêmes. Ce rôle de médiation est déjà préparé dans le troisième évangile. Là, Marie appartient aux deux groupes : par le sang, bien sûr, elle appartient à la famille naturelle de Jésus, mais par la foi elle appartient à sa nouvelle famille (Lc 8,19-21).

La présence au cénacle des frères de Jésus nous dit qu’ils ont appris à croire en Jésus (cf. 1 Co 15,7) et qu’ils sont en communion avec ses disciples ; la façon dont Marie est mentionnée entre les deux groupes suggère que c’est elle qui les a réunis.

Il serait légitime d’inférer que Luc voit Marie plus généralement dans un rôle central, médiateur, dans l’Église naissante, ce corps dont il avait bien conscience qu’il était constitué de groupes divers et éventuellement rivaux.