Les parfums des vertus, elle les a composés

Les parfums des vertus, elle les a composés

O ce grand miracle

dans la forme soumise et féminine

le Roi a pénétré !

Et Dieu l'a fait

Parce que l'humilité s'élève au-dessus de tout.

O cette grande félicité

Là, dans cette forme !

Car le mal, qui a coulé de la femme,

la femme ensuite l'a lavé !

Et tous les parfums

des vertus, les parfums les plus suaves,

elle les a composés,

donnant au ciel plus grande parure

que le trouble dont elle avait troublé la terre.


Hildegarde de Bingen, La symphonie des harmonies célestes, 1175, De sancta Maria 16, traduit du latin par R. Lenoir et C. carraud. Ed J. Million, Grenoble 2003, p. 81

Lire plus sur Hildegarde