11 décembre - Notre-Dame de Consolation Italie

MDN

L’email court, gratuit et enrichissant
pour découvrir et aimer la Vierge Marie

Je suis la Mère de Ipalnemohuani (III)

La Dame du Ciel avait demandé à Juan Diego de revenir le lendemain lundi 11 décembre, mais son oncle, Juan Bernardino étant mourant, il alla chercher d'abord un médecin, qui lui porta secours, mais il ne put rien faire : c'était trop grave. Dans la nuit, son oncle le pria de partir chercher un prêtre pour le confesser avant de mourir. Il partit en prenant un autre chemin pour éviter que la Dame du Ciel ne le voit s'occuper d'autre chose que d'aller voir l'évêque. Mais la Dame descendit à sa rencontre et lui dit : « ô toi, le plus humble de mes fils, où vas-tu ? Où te diriges-tu ? » Il s'inclina et la salua en lui disant qu'il allait l'attrister, mais que son oncle vivait ses derniers instants et que c'est pour ça qu'il court chercher un prêtre, et qu'il reviendra demain pour elle. Mais la très pieuse et toujours Vierge lui répondit : « Sache-le bien et sois sûr en ton coeur, toi le plus humble de mes fils, ce n'est rien ce qui t'angoisse, ce qui te frappe. Que ne se troublent ni ton visage, ni ton coeur, et ne crains pas cette maladie-là ni aucune autre maladie. Sois sans angoisse. Ne suis-je pas ici, moi qui suis ta mère ? N'es-tu pas sous mon ombre et sous ma protection ? Ne suis-je pas aussi ta fontaine de vie ? Et n'es-tu pas au creux de mon manteau où je croise mes bras ? As-tu besoin de quelque chose d'autre ? Que rien ne te peine, ne te cause d'amertume. Et que la maladie de ton oncle ne t'afflige pas, car il ne mourra pas de ce qu'il a. Sache-le bien et sois sûr en ton coeur qu'il est déjà guéri » Lorsque Juan Diego entendit la pensée, la parole de la Dame du Ciel, il fut tant consolé que son coeur s'apaisa. Et l'on sut effectivement plus tard qu'en cet instant précis son oncle fut guéri.

S'abonner est facile, se désabonner également.
N'hésitez pas, abonnez-vous maintenant. C'est gratuit !

JE PARTICIPE !