10 septembre - Italie. Sainte Marie de la Vie (1613)

MDN

L’email court, gratuit et enrichissant
pour découvrir et aimer la Vierge Marie

La Mère de toutes les mères (I)

En été 1918, nos uhlans occupent l'Ukraine et avancent jusqu'en Crimée. Ils se battent contre les communistes et nettoient la région des partisans rouges. Voici que tout à coup, dans un village à moitié brûlé, nous tombons dans un guet-apens. Après un violent combat nous sommes faits prisonniers. Nous étions douze hommes. On nous traîne dans la ville la plus proche où nous sommes interrogés. Le chef est un Tchèque de Prague, un déserteur, qui parle l'allemand sans fautes. Il m'en veut tout particulièrement. Il s'empare de mon portefeuille et en retire une médaille, une vieille pièce d'argent qui porte l'image de la Mère de Dieu : la Protectrice de Franconie. Ma mère me l'avait donnée en partant, pour me protéger de tout malheur. Mon père, mon grand-père, mon arrière-grand-père l'avaient portée dans bien des dangers. Maintenant ce misérable tient la médaille dans ses doigts contre la lumière; il l'examine et semble sourire. Est-ce moquerie, indulgence ou émotion ? impossible de le savoir. Puis, il lit à haute voix l'exergue, qui est la devise de notre famille : « Meiner Liebe Glut leuchtet nicht minder als die Sterne » : « L'ardeur (la flamme) de mon amour ne brille pas moins que les étoiles ». Voici donc la médaille entre les mains d'un bolchevique. Pourquoi ne l'ai-je pas portée sur ma poitrine comme mes pères ? Ma mère me l'avait mise au cou en m'embrassant lors de mon départ. J'avais honte de ma pieuse "superstition" et je mis la médaille dans mon portefeuille... En voyant mon trésor entre des mains étrangères, mon coeur se révolte; je m'avance et arrache la médaille des mains du Tchèque. Celui-ci se met à rire méchamment: "Eh ! capitaine, vous paraissez mettre votre confiance dans un fétiche. Il est faux. Il ne vous a pas porté bonheur... Si pour cette chose je vous accordais quelque faveur, serait-elle à vendre ?... Je ne réponds pas à une question si insolente. Le Tchèque se rapproche. "Rompez !" crie-t-il plein de rage. On nous enferme dans une salle de classe ou nous pouvons nous étendre. Tourmenté par la peur, je ne parviens pas à m'endormir sur la paille.

S'abonner est facile, se désabonner également.
N'hésitez pas, abonnez-vous maintenant. C'est gratuit !

JE PARTICIPE !