Un 15 août inoubliable à Paris lors du passage du M de Marie !
24 août 2020

Le pèlerinage du "M" de Marie devait initialement débuter le 1er mai 2020 et s’achever le 15 août mais, en raison de la pandémie de coronavirus, son lancement a dû être décalé d’un mois. Les deux calèches se sont finalement élancées providentiellement le 1er juin, 40 ans jour pour jour après l’appel du pape Jean-Paul II : « France, Fille aînée de l’Église, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? (…) France, Fille aînée de l’Église et éducatrice des peuples, es-tu fidèle pour le bien de l’homme à l’Alliance avec la Sagesse éternelle ? »

Après 40 ans – un temps biblique – un début de réponse a été apporté ce samedi 15 août par l'Archevêque de Paris, à l'occasion du passage de Notre-Dame de France, qui se trouvait alors, à cause de ce décalage inattendu, en la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, pour la solennité de l'Assomption, au milieu de sa traversée de la région parisienne du 10 au 20 août.

Dans l'Histoire, confrontés à des épidémies, des crises ou des guerres, les Français ont toujours imploré l'aide de Dieu par des processions et des prières publiques solennelles. Mais aujourd'hui, face à une crise multiforme (sanitaire, économique, sociale, etc.) et suite à l'incendie de Notre-Dame, il s’agit d’une procession d’une ampleur jamais vue, sur toute la France, et d’une prière de consécration inédite, d’une solennité toute particulière, dans le sanctuaire national du Sacré-Cœur de Jésus, destiné par vœu national à « appeler sur la France la protection et la bonté divine ».

Cette réponse fut donnée très solennellement devant le Saint-Sacrement, en présence de Notre-Dame de France et de 70 bannières de saints qui ont marqué notre pays, au milieu de 1000 roses blanches, déposées la veille au pied de Notre-Dame, au cours de « la Nuit des 1000 Ave » en la Basilique Notre-Dame des Victoires, dédiée au Cœur Immaculé de Marie, et en présence de l’Anneau de Jeanne d’Arc, symbole de l’Alliance entre le Ciel et la France ; et cet événement inoubliable a eu lieu l’année même où nous fêtons les 100 ans de la consécration de la Basilique de Montmartre et les 100 ans de la canonisation de Jeanne d’Arc, en cette fête de l'Assomption pendant laquelle l'Eglise de France fait mémoire du vœu de Louis XIII qui consacra la France « à la grandeur de Dieu par son Fils rabaissé jusqu’à nous et à ce Fils par sa Mère élevée jusqu’à lui ».

 

 

Comment expliquer tant de coïncidences ?

Mgr Michel Aupetit y a vu la main de Dieu : « Quelle joie, frères et sœurs, de nous retrouver ici, dans cette superbe Basilique consacrée au Cœur de Jésus. Aujourd’hui, nous recevons aussi Marie, sa Mère. Et nous souhaitons, tous ensemble, consacrer notre ville et notre diocèse aux Cœurs unis du Christ et de sa Mère. Aujourd’hui, cette coïncidence est magnifique, puisque nous fêtons, vous le savez, les 100 ans de la consécration de cette Basilique, et en même temps, la France fête aussi les 100 ans de la canonisation de Jeanne d’Arc dont l’anneau est ici, présent, arrivé cette nuit à Notre-Dame des Victoires, accompagnant la Sainte Vierge. Oui, nous sommes heureux de cette coïncidence, car nous ne croyons pas aux coïncidences, ni au hasard : nous croyons à la Providence de Dieu qui écrit droit avec des lignes courbes. Il suffit simplement d’ouvrir nos cœurs et nos intelligences à son action. » (cf. 27'30)

Et notre réponse a pu être donnée par Marie, avec Marie et en Marie, selon les intuitions de saint Louis-Marie Grignion de Montfort et le grand enseignement « À Jésus par Marie ! » de la tradition spirituelle française, qui a été repris et développé par le Magistère, et qui est aujourd’hui reçu dans le monde entier.

Ainsi, à l’issue de la Messe solennelle de l’Assomption en la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, l’Archevêque a donc consacré la ville de Paris aux Cœurs unis de Jésus et de Marie lors d’une grande prière pour la France (cf. 1h57'00).

 

Consécration de Paris aux Cœurs unis de Jésus et de Marie
& prière pour la France

 

Seigneur Jésus,

En ce jour où nous célébrons l’Assomption de ta Sainte Mère au Ciel, nous voulons nous consacrer à ton Cœur Sacré d’où a jailli l’amour de Dieu, uni au Cœur Douloureux et Immaculé de ta Mère, la Très Sainte Vierge Marie.

Nous consacrons et confions à vos Cœurs unis, nos vies, nos familles, nos vivants et nos morts, et notre ville de Paris.

En cette période d’épidémie et d’incertitude qui menace les plus isolés et les plus fragiles, en ce temps de combat pour le respect de la vie et la dignité de la famille, nous Te demandons le courage de la Foi et la force de la charité, afin de témoigner au milieu du monde de ton amour victorieux du Mal.

Par l’intercession de Marie, Mère de Miséricorde et en réponse à l’interpellation du Pape saint Jean-Paul II il y a 40 ans, nous te prions, en cette basilique du « vœu national », d’affermir la France afin qu’elle retrouve la fidélité à l’Alliance avec la Sagesse éternelle, pour le bien de tous les hommes et de la création entière qui « attend la révélation des fils de Dieu » et « gémit en travail d‘enfantement » (Rm 8).

Nous t’offrons totalement nos vies, à toi qui es « le Chemin, la Vérité et la Vie »,  comme Marie s’est offerte en réponse à l’annonce de l’Ange :
« Voici la servante du Seigneur » (Lc 1,38),
et comme tu t’es offert en venant dans le monde :
« Me voici, je viens, ô Dieu, pour faire ta volonté » (He 10,9).

Nous te demandons par l’intercession de ta Mère et de saint Joseph,  proclamé « Patron de l’Église Universelle » il y a 150 ans, de bénir et de protéger notre Église pour la rendre de plus en plus fervente et missionnaire, rayonnante de la Miséricorde divine auprès de tous.
« Jésus, j’ai confiance en Toi ».

Par la grâce de l’Assomption, tu as associé ta Mère à la victoire de la Résurrection et tu l’as glorifiée en son corps et en son âme, signe de notre gloire à venir, qui déjà resplendit en nous. Bénis-nous par l’intercession de Marie immaculée, écarte de nous tout péché et tout mal, transfigure-nous de la joie des enfants de Dieu, pour la gloire et la louange de notre Père.
Amen.

Telle fut la consécration solennelle de Paris et la prière pour la France qui étaient le point d’orgue de ces journées inoubliables centrées sur le thème de l’Alliance.

 

Comme Dieu est amour, l’Alliance est le thème central des Saintes Écritures : alliance entre l’homme et Dieu, des hommes entre eux, alliance entre l’homme et la femme, entre les parents et les enfants, sans oublier l’alliance avec Noé, l’Ancienne Alliance avec Moïse, la Nouvelle Alliance en Jésus, etc.

La grande question est donc toujours celle de notre fidélité à ces alliances que nous contractons, et spécialement à l’Alliance éternelle avec Dieu. C’est ce que le pape saint Jean-Paul II développait il y a 40 ans à Paris :

« Le problème de l’absence du Christ n’existe pas. Le problème de son éloignement de l’histoire de l’homme n’existe pas. Le silence de Dieu à l’égard des inquiétudes du cœur et du sort de l’homme n’existe pas. Il n’y a qu’un seul problème qui existe toujours et partout : le problème de notre présence auprès du Christ. De notre permanence dans le Christ. De notre intimité avec la vérité authentique de ses paroles et avec la puissance de son amour. Il n’existe qu’un problème, celui de notre fidélité à l’Alliance avec la Sagesse éternelle, qui est source d’une vraie culture, c’est-à-dire de la croissance de l’homme, et celui de la fidélité aux promesses de notre baptême au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ! Alors permettez-moi, pour conclure, de vous interroger : France, Fille aînée de l’Église, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? Permettez-moi de vous demander : France, Fille de l’Église et éducatrice des peuples, es-tu fidèle, pour le bien de l’homme, à l’Alliance avec la Sagesse éternelle ? »

Nous sommes tous invités à entrer dans cette Alliance nouvelle et éternelle scellée dans le sang du Christ, Alliance qui trouve son modèle définitif et indépassable dans l’union et l’unité des deux Cœurs de Jésus et de Marie, vécues tout au long de leurs vies, notamment dans les mystères de l’Incarnation et de la Rédemption :

– À l’Annonciation, Marie a dit « oui » à Dieu au nom de toute l’humanité, en réponse au « oui » du Christ venant dans le monde (cf. Hb 10,5 et Ps 39,8).
– Au pied de la Croix et lors du Samedi Saint, Marie a redit son « oui » à la Divine Volonté, en écho au « oui » du Christ à Gethsémani (cf. Lc 22,42).

Par notre consécration aux Cœurs unis de Jésus et de Marie, nous pouvons ainsi pénétrer cette Alliance entre le Ciel et la Terre, ratifier notre volonté d’y participer, nous y engager devant Dieu et nous mettre au service de Jésus et Marie, à l'image de saint Joseph, premier et modèle des consacrés.

Voila l'engagement et les promesses déposées aux pieds du Seigneur et de sa Mère à Montmartre, en ce 15 août exceptionnel, et l'Alliance que nous sommes donc plus que jamais appelés à vivre, avec l'aide de Dieu.

Au moment de la consécration, pour la première fois, le Soleil perça les nuages... Et quelques instants plus tard, la sortie de tous les célébrants pu s’effectuer sous un beau Soleil ! ...

 

Auparavant, avant ce sommet du 15 août, le passage du M de Marie en région parisienne avait commencé le 10 août avec l’arrivée de la Vierge pèlerine à Saint-Maur-des-Fossés, près de Notre-Dame des Miracles.

Le 11 août, Notre-Dame de France a été accueillie en l’église Saint-Louis de Vincennes par la paroisse, la communauté du Chemin Neuf et le Père Arnaud Bonnassies qui avaient organisé une veillée "Justice & Paix" et une prière pour nos dirigeants au milieu de 24 heures de prière continue.

Le 12 août, un accueil magnifique a été réservé à la Vierge en la Basilique Notre-Dame du Perpétuel Secours, avec le Père Jean-Pascal Duloisy et une grande veillée organisée par les différents cultes orientaux de Paris.

Le 13 août au matin, la Vierge a quitté Notre-Dame du Perpétuel Secours pour rejoindre l’église Saint-Sulpice, la plus grande église de Paris, pour la messe prévue à midi avec le Père Jean-Loup Lacroix.

Le 13 août dans l’après-midi, la Vierge a atteint le sommet du « M » que Marie a tracé sur la France à travers ces cinq grandes apparitions du XIXe siècle, en rejoignant la Chapelle de la Médaille miraculeuse au 140 rue du Bac, lieu des apparitions de Notre-Dame à sainte Catherine Labouré, en 1830.

Le 13 août au soir, après avoir prié avec les Sœurs de la Rue du Bac, une belle nuit de prières a été organisée juste à côté en l’église Saint-Ignace avec le Père Nicolas Rousselot, sj, les jeunes et la communauté jésuite.

Le 14 août, une grande procession est partie, avec Mgr Michel Aupetit, de la Chapelle de la Médaille miraculeuse jusqu’au parvis de Notre-Dame de Paris où l’Archevêque de Paris a conduit un chapelet médité, avant de tenir un point presse avec les journalistes et Mgr Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale.

Le 14 août au soir, la Vierge a été magnifiquement accueillie en la Basilique Notre-Dame des Victoires et sur le parvis sonorisé pour une messe et une grande veillée de prière, avec le Père Antoine d’Augustin.

Dans la nuit du 14 au 15 août, 1000 « Je vous salue Marie » ont été priés en la Basilique Notre-Dame des Victoires au cours de la belle « Nuit des 1000 Ave » (avec la visite discrète de Magr Aupetit entre 4h15'35 et 5h57'38) animée avec ferveur par Marthe-Marie (cf. la joie de la fin et les paroles après 7h58'15) et la Sagesse de Cana !

Surprise durant cette nuit de prière très particulière : 589 ans après sa mort et 100 ans après sa canonisation, Jeanne d’Arc franchit les portes de Paris. Elle l’avait espéré : son Anneau le fait (cf. 2h27'20).

L'Anneau de Jeanne d’Arc, tellement symbolique de ce lien entre la France et le Ciel, accompagnera de sa présence la consécration et le renouvellement de notre Alliance avec la Sagesse éternelle, à travers sa devise « Jhesu Maria ». Devise qui figurait sur son oriflamme et qui reste à jamais gravée sur son Anneau.

 

Au petit matin, les 1000 roses déposées au pied de Marie sont reprises et portées en procession, avec la Vierge et l'Anneau, jusqu'à Montmartre.

Après la montée de la Butte Montmartre, c’est l’entrée dans la Basilique suivie donc de la Messe solennelle de l’Assomption et de la Consécration.

L'organisation de l'ensemble du passage du M à Paris a été pris en charge par une équipe de jeunes animés par Maxime Bonnassies et Vincent Berlizot, et par Marie-Anne et Jean-Alain Casagrande, responsables de la route Est, avec l'implication active et le soutien financier de l'Association Marie de Nazareth.
Grand merci à Mgr Jean Laverton, aux Sœurs de Montmartre et à tous les prêtres et bénévoles qui se sont impliqués pour la réussite de ces journées !
Et merci également à Michel Pourny et Cedric Vendeix pour leurs photos !

Après la Messe et la Consécration, Notre-Dame de France est repartie en procession sur la Butte Montmartre avec le Père Patrice Sonnier et la paroisse Saint-Pierre de Montmartre avant de revenir pour une grande veillée et nuit de prière pour la France au Sacré-Cœur avec le recteur, Mgr Jean Laverton.

 

Après ce 15 août mémorable, la Vierge pèlerine est repartie de Montmartre, vers Paris La Défense avec le Père Hugues Morel d'Arleux, puis Notre-Dame de Boulogne, Sainte Jeanne de Chantal et la Cathédrale de Versailles, avant de finir son périple en région parisienne le 20 août avec le Père Frédéric Gatineau, en la Basilique Notre-Dame de Bonne Garde à Longpont-sur-Orge (91).

 

Le pèlerinage du M de Marie est donc reparti sur les routes de France après son passage à Paris et il se terminera à Pellevoisin où nous vous donnons d'ores et déjà rendez-vous le week-end des 12 et 13 septembre 2020 avec Mgr Jérôme Beau, Archevêque de Bourges !

Tous renseignements pratique sur le site MdeMarie.fr

Rester informé

Recevoir la newsletter de l'association

Recevoir le magazine Ave Maria