Autres dimensions du mystère de Marie


Le mystère de Marie est issu de la ‘maternité intégrale’ de Marie[1], où s’exercent à la fois la prédestination de Marie[2], sa maternité divine, puis spirituelle, et la puissance de médiation que cette maternité déployée nous offre. Ce mystère comprend de ce fait les privilèges dont la Vierge Marie a été comblée : une relation intime à la Sainte Trinité[3], une conception immaculée, une sainteté parfaite, une maternité virginale, une Assomption et un couronnement dans la gloire, qui fait de Marie une Reine.

***

La maternité de la Vierge Marie, modèle de maternité de l’Église

Ces différents mystères ont permis de développer toute une doctrine qui en est la conséquence. Mère de Dieu (Théotokos), elle a enfanté celui qui est la tête de l’Église. Elle ne peut pas être Mère de la Tête sans être Mère du Corps tout entier. Elle est donc Mère du corps du Dieu-homme. Et le corps du Dieu-homme est l'Église. De ce fait, Marie est également Mère de l’Église, et finit par être assimilée à elle. Dès le IIè siècle st Irénée effectue cette analogie entre la Vierge Marie et l’Église: l’Église nous offrant, par le baptême, une régénération, une sorte de ré enfantement dans l’Esprit, devient notre Mère.

Cette intuition de st Irénée s’est développée au fil du temps. La Constitution conciliaire Lumen gentium, sur le mystère de l'Église, a mis en évidence les rapports étroits qui existent entre Marie et l'Église. Le saint pape Paul VI a consacré un titre en l'honneur de la Vierge Marie, en la proclamant solennellement "Marie, mère de l'Église", en 1964, lors de la clôture de la 3session du concile Vatican II. On peut dire que la maternité de Marie est le modèle de la maternité de l’Église.

Ste Thérèse de Lisieux, docteur de l’Église, parle d’ailleurs du ‘cœur’ maternel de l’Église, brûlant d’amour. Elle s’y inscrit en affirmant : « Dans le cœur de l’Église ma mère, je serai l’amour, ainsi je serai tout».

La Vierge Marie, l’eucharistie et le sacerdoce

La Vierge Marie est au cœur de la liturgie et du sacerdoce. Le saint pape Jean-Paul II [4]l précise dans sa lettre encyclique Ecclesia de Eucharistia, 2003 la relation profonde qui unit  la Vierge Marie au Saint Sacrement. Il la surnomme ‘Femme eucharistique’ et inscrit dans les mystères lumineux du Rosaire celui de l’Eucharistie. Il pense que la Vierge Marie peut nous guider vers ce saint Sacrement. Dans son sillage, le pape Benoît XVI dira de la Vierge Marie qu’elle est un modèle irremplaçable de vie eucharistique’.

Marie entretient donc, de ce fait, une étroite relation avec le sacerdoce. Elle est également mère des prêtres[5].

Enfin, Marie est Reine.

La royauté et la gloire de Marie

Le couronnement dans la gloire de Marie célèbre la royauté de Marie en même temps que son règne, avec et par le Christ. Ses titres de royauté sont nombreux : Les litanies de la Vierge Marie déploient un certain nombre de ces titres : Elle est Reine des Prophètes, Reine des Patriarches, etc. Ils lui sont attribués à plusieurs titres, et la Royauté de Marie est une vérité de foi, soulignée par une fête (22 août) et toujours reconnue et affirmée par l’Église.

[1] Pour en savoir plus sur la maternité intégrale de Marie, voir l’article ‘4 vérités dogmatiques concernant la Vierge Mariede l’Encyclopédie mariale.

***

Pour en savoir plus

Sur la fête de Marie Mère de l’Église

Sur le lien de saint Jean-Paul II avec la Vierge Marie

***

Organisation de la section

Les articles de cette section traitent d’abord des liens qui unissent la maternité de Marie et la maternité de l’Église, du fondement théologique et de la façon dont ce rapprochement s’est bâti au fil du temps, dans la Tradition. La seconde partie traitera du lien qui existe entre Marie, l’eucharistie et le sacerdoce, pour finir par une étude sur la royauté glorieuse de la Vierge Marie.

 

 

Équipe de MDN

JE PARTICIPE !