Autres éléments sur la doctrine chrétienne


L’ensemble de la doctrine chrétienne - dont la doctrine mariale fait partie - s’appuie sur plusieurs textes fondateurs, qui lui servent de référence. Les affirmations doctrinales de l’Église qui concernent la Vierge Marie se sont développées au fil du temps, à partir de l’étude des Écritures, mais également de la réflexion théologique, synthétisée dans des écrits, et de la piété populaire.

***

L’élaboration de la doctrine mariale : le développement dogmatique

Pour comprendre la façon dont la doctrine mariale s’est élaborée au fil du temps, il est nécessaire de comprendre ce qu’est le développement dogmatique et les étapes qui l’ont constituée : les conciles œcuméniques, et cette piété populaire des baptisés, qui, sous la conduite de l’Esprit Saint, fait preuve d’un discernement spirituel, et prend toute sa place dans ce développement dogmatique. Pour illustrer cette place, on peut citer par exemple le dogme qui concerne la conception immaculée de la Vierge Marie. En effet, le dogme de l’Immaculée Conception n’a été promulgué qu’en 1854, mais la dévotion à la Conception de la Vierge Marie existait déjà dans le culte depuis le VIIIès en Angleterre, et s’était beaucoup développée en Normandie. La fête commémorant la conception de Marie s’appelait la « Fête aux Normands » et était célébrée en grande pompe, le 8 décembre[1]. Les Normands furent ainsi d’importants artisans de sa diffusion. La question de la Conception immaculée de la Vierge Marie suscita de nombreuses querelles dans l’Occident médiéval, jusqu’à la proclamation finale du dogme, le 8 décembre 1854 par le pape Pie IX, par la bulle Ineffabilis Deus[2]. De même, le pape Pie IX rapporte dans la Constitution apostolique Munificentissimus Deus du 1er novembre 1950 que le privilège de l’Assomption corporelle au ciel de la Vierge Marie Mère de Dieu fut proclamé peu après celui de l’Immaculé Conception[3], à la suite de demandes émanant des fidèles autant que des représentants des nations et des provinces ecclésiastiques :

«  Il en résulta des pétitions dans lesquelles on priait instamment le Saint-Siège de définir solennellement cette vérité (…). Au moment de Notre élévation au trône du Souverain Pontife, plusieurs milliers de ces suppliques avaient été présentées au Siège apostolique de toutes les régions de la terre et par des personnes de toutes les classes sociales : par Nos chers Fils les cardinaux du Sacré-Collège, par Nos vénérables Frères les archevêques et évêques, par les diocèses et les paroisses ».

Il est ainsi possible de comprendre le mouvement du développement dogmatique, la façon dont il procède. Le dogme promulgué doit ensuite être transmis et actualisé.

Le symbole des Apôtres ou Credo

La foi des Chrétiens s’appuie sur une confession de foi commune, à laquelle on associe également la Vierge Marie. Le Catéchisme de l’Église catholique[4] l’exprime ainsi:

 « La communion dans la foi a besoin d’un langage commun de la foi, normatif pour tous et unissant dans la même confession de foi. »

Cette confession de foi s’appuie sur des textes synthétiques et appelés ‘professions de foi’, ‘Credo’ ou ‘symboles’ de la foi, destinés principalement aux candidats au Baptême. Le terme ‘symbole’ est donc utilisé dans un contexte chrétien, qui lui confère un sens particulier : il désigne  un ‘formulaire qui contient les principaux articles de la foi’[5]. Le premier ‘symbole’ fut créé par st Justin, apologète, philosophe et martyr du IIès. Il préfigure le symbole des Apôtres, qui reprit et amplifia ces premières formules. Parmi tous les symboles de la foi, deux tiennent une place toute particulière dans la vie de l’Église[6] : Le Symbole des apôtres, résumé de la foi des apôtres et le Symbole dit de Nicée-Constantinople, amplification du Symbole des apôtres, issu des deux premiers Conciles œcuméniques (Nicée en 325 et Constantinople I en 381), qui  demeure commun, aujourd’hui encore, à toutes les grandes Églises de l’Orient et de l’Occident.

La doctrine sociale de l’Église,  la Vierge Marie et saint Joseph

Enfin, la foi chrétienne développe une certaine vision de l’homme, qui se déploie dans toutes ses dimensions : anthropologique et spirituelle. Cette doctrine a été synthétisée, à l’initiative du Conseil pontifical Justice et Paix,  sous la forme d’un Compendium[7]. Elle propose un ‘humanisme intégral et solidaire’, expose les fondements de cet humanisme et les principes de la doctrine sociale de l’Église, afin d’accéder à une ‘civilisation de l’amour’. Ces principes comprennent une réflexion sur le bien commun, le principe de solidarité, les valeurs fondamentales de la vie sociale, la voie de la charité. Dans la seconde partie, le Compendium propose toute une réflexion sur la famille, le travail humain, la vie économique, la communauté politique, la communauté internationale, l’environnement, la promotion de la paix. La dernière partie du Compendium traite de l’action ecclésiale et l’engagement des fidèles laïcs. La sainte Famille trouve naturellement sa place au cœur de cette réflexion.

[1] Voir à ce sujet Marielle Lamy. « Le culte marial entre dévotion et doctrine : de la Fête aux Normands à l’Immaculée Conception », in :  Françoise Thélamon (dir.). Marie et la « fête aux Normands ». Mont-Saint-Aignan : Publication des Universités de Rouen et du havre (PURH), 2011.

***

Organisation de la section

La première partie de l’étude est centrée sur le développement dogmatique marial : elle propose un résumé des étapes des affirmations de l'Église sur Marie, depuis l’aube de l’Église jusqu’à nos jours, notamment à travers les sept conciles œcuméniques qui concernent la Vierge Marie, et la mission des baptisés dans ce développement. Puis l’étude se centre sur le Credo, confession de foi commune, dans lequel est également évoquée la Vierge Marie, pour finir sur la doctrine sociale de l’Église et la façon dont la Vierge Marie et st Joseph, modèles de sainteté de la famille, y trouvent place.

 

 

 

Équipe de MDN

JE PARTICIPE !