L'abaissement du Seigneur (Ph 3)

Ph 3 : L'humilité, la croix, la Seigneurie du Christ

Dans le contexte de la communauté à Philippe :

Entre ceux qui agissent par esprit de rivalité (Ph 1, 15-17) et ceux qui tirent leur gloire de leur circoncision (Ph 3, 1-2), on devine que la communauté de Philippe risque de se désagréger.

Saint Paul dit alors :

« N'accordez rien à l'esprit de parti, rien à la vaine gloire, mais que chacun par l'humilité estime les autres supérieurs à soi; ne recherchez pas chacun vos propres intérêts, mais plutôt que chacun songe à ceux des autres. » (Ph 2, 3-4)

Et il donne comme exemple l'abaissement inouï du Christ (Ph 2, 6-11).

En confessant une seule Seigneurie, celle de Dieu et du Christ, comment les chrétiens pourraient-ils prétendre à quelque supériorité les uns sur les autres ?

Lui, de condition divine,

ne retint pas jalousement

le rang qui l'égalait à Dieu.

Mais il s'anéantit lui-même,

prenant condition d'esclave,

et devenant semblable aux hommes.

S'étant comporté comme un homme,

il s'humilia plus encore,

obéissant jusqu'à la mort,

et à la mort sur une croix!

Aussi Dieu l'a-t-il exalté

et lui a-t-il donné le Nom

qui est au-dessus de tout nom,

pour que tout, au nom de Jésus,

s'agenouille, au plus haut des cieux,

sur la terre et dans les enfers,

et que toute langue proclame de Jésus Christ,

qu'il est Seigneur,

à la gloire de Dieu le Père.

(Philippiens 2, 6-11)

Un peu de grec...

Le Christ, de condition (grec : morphè) divine,

prend la condition (grec : morphè) de serviteur (grec : doulos).

Le mot grec « morphè » n'est pas l'équivalent du mot « 'eikon », image (comme Adam est à l'image de Dieu), il signifie une identité réelle mais cachée. Paul utilise souvent le verbe « morphoô » pour exprimer notre transformation, réelle, mais pleinement dévoilée au ciel. (Rm 12, 2 ; 8, 29 ; 2 Co 3, 18 ; Ga 4, 19 ; Ph 3, 10).

Paul veut parler de l'être réel et profond de Jésus.

Paul veut dire que Jésus était Dieu mais que beaucoup l'ignoraient parce que Jésus n'en a pas profité au moment de sa mort sur une croix.

Jésus était serviteur de Dieu mais il fut reconnu simplement comme un homme, sans que son identité profonde et sa mission ne fut tout de suite comprise.

Paul utilise le verbe grec « kenoô » (v.7) qui donne en français le mot « kénose » : le Christ s'est vidé. Jésus n'a pas retenu (en grec : ‘arpagmos) le rang qui l'égalait à Dieu.

Autrement dit, Jésus n'a pas considéré comme une mainmise l'égalité avec Dieu, il n'en a pas profité, ni au désert quand Satan l'a tenté, ni à Gethsémani où il aurait pu être enlevé au ciel sans passer par la mort.

L'attitude de Jésus s'oppose à celle d'Adam et Eve qui veulent ravir la condition divine « vous serez comme des dieux » (Gn 3, 5) ou à l'attitude de Satan (Is 14,12-14).

Jésus s'est dépouillé de la forme divine, qui comporte l'omniprésence, l'omniscience, l'omnipotence. Cela ne signifie pas qu'il a perdu la divinité (nous ne serions pas sauvés) mais cela signifie qu'il n'en a pas profité.

Et le Christ a pris la forme de serviteur.

Le mot grec doulos signifie à la fois le sens presque honorifique du serviteur de Dieu et la condition humiliante de l'esclave : l'Incarnation est à la fois une mission et un abaissement.

Tout ceci est concret et conduit à la croix, au Golgotha.

La croix ouvre un vide sous les pas des disciples.

Mais à la nuit de la croix succède le matin de Pâques. Le Christ reçoit le Nom qui est au-dessus de tout nom, et il révèle la paternité de Dieu.

« et que toute langue proclame, de Jésus Christ, qu'il est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père ». (Philippiens 2, 10)

Au moment où était prononcé le nom de Jésus (v. 9-10), la communauté s'agenouillait...


Résumé par Françoise Breynaert.

de Jean François Collange, L'épître de saint Paul aux Philippiens,

Neuchâtel 1973, p. 68-96.

(Jean François Collange est un pasteur enseignant à Strasbourg.)

N.B. Chez les Byzantins, la liturgie de saint Basile s'inspire de l'hymne de l'épître aux Philippiens et de Galate 4, 4-7.

JE PARTICIPE !