Consécration dans sa mortification universelle, l’Espérance

Consécration dans sa mortification universelle, l’Espérance

L'espérance nous détache de tout ce qui est flétri et de nulle valeur ; elle nous fait attendre la plénitude d'être que Dieu seul peut donner[1].

Marie est « Notre Dame de l'espérance. Et la « mortification universelle » est la quatrième vertu que saint Louis-Marie de Montfort attribue à Marie[2].

Cette mortification est un « entraînement » à se détacher de ce qui n'est pas Dieu. Voici l'explication de saint Jean de la Croix, ce grand amoureux de Dieu :

« Qu'un oiseau soit retenu par un lien de fer ou le fil le plus léger et le plus délicat, il ne pourra prendre son vol ; il reste prisonnier et captif tant que l'un ou l'autre n'aura pas été rompu. Ainsi l'âme qui est retenu par son affection aux choses humaines, si minimes qu'elles soient, ne pourra jamais, avant de briser ce lien, prendre son essor vers Dieu. » [3]

Ce lien qui retient l'âme comme un oiseau est par exemple :

Une dépendance au regard des autres, une dépendance affective ;

Une dépendance à l'argent, à des propriétés, à un travail, à un honneur ;

Une dépendance à l'alcool,

Une attachement excessif aux jeux vidéos,

Un lien à la drogue et aux vices ;

Un attachement désordonné à ce que l'on voit, entend, respire, goûte, touche ;

Un orgueil tiré de nos bonnes actions ;

Un attachement à une qualité intellectuelle ou à une belle manière ;

Un attachement à des biens spirituels ou à un charisme reçu de Dieu, etc.

Ainsi, si tu veux vivre l'espérance, détache-toi, et tu pourras voler vers les hauteurs !

La consécration des biens temporels ; des biens naturels ; des biens sensuels ; des biens moraux ou des charismes reprennent en détail ce programme !

Par l'idée d'une mortification « universelle », nous pensons aux tout petits sacrifices : par exemple, quand on a soif, ne pas boire tout de suite, puis boire. Autre exemple, supporter une parole qui nous irrite ou quelque chose qui nous met de côté (cela nous coûte parfois beaucoup !). Ces petites choses témoignent de la permanence de notre amour envers Dieu. Une telle ascèse rend notre âme tonique, et on se maintient dans l'espérance en Dieu.

Prière

Notre Dame de l'espérance, priez pour nous[4].

Notre Dame du bel amour, priez pour nous.

O Marie, que l'on appelle médiatrice d'éternité tellement ta vie terrestre était déjà habitée par les valeurs de la vie éternelle, Jésus a voulu que tu sois ma mère et je me donne à toi.

Indique-moi, je t'en prie, quels sont les liens qui nuisent à ma vie spirituelle et qui m'empêchent de prendre mon essor vers Dieu.

Intercède auprès de Dieu pour qu'il me communique la force de rompre mes liens, qu'ils soient grossiers ou très fins, alors je vivrai sur cette terre avec un cœur libre et animé d'une charité universelle.

O mère d'infinie pureté, fille bien-aimée du Père, sanctuaire de l'Esprit, mère du Fils, élève mon esprit et mon cœur vers la Trinité.


[1] Cf. Saint Jean de la Croix, Nuit obscure II, 21, 6

[2] Saint Louis Marie de Montfort, Traité de la vraie dévotion, § 107-108.

[3] Saint Jean de la Croix, Avis et Maximes 207

[4] Nous varions les formulations avec le « vous », qui ne dit pas forcément un éloignement...


Christ-Marie/dp/2840244322/ref=sr_1_14?s=books&ie=UTF8&qid=1338793739&sr=1-14>Extraits de Françoise Breynaert,

Christ-Marie/dp/2840244322/ref=sr_1_14?s=books&ie=UTF8&qid=1338793739&sr=1-14>33 jours pour se consacrer à Jésus-Christ par Marie, EDB 2012 (Nihil Obstat)