La prudence, 1° vertu cardinale

La prudence, 1° vertu cardinale (Jean Paul II)

La prudence, clef de la perfection

Les anciens ont beaucoup parlé de cette vertu, et nous devons leur en savoir gré. ils nous ont enseigné que, dans un certain sens, la valeur de l'homme se mesure à l'aune du bien moral qu'il réalise dans la vie. Or, c'est précisément là ce qu'assure la vertu de Prudence. L'homme prudent, qui s'engage pour tout ce qui est vraiment bon, s'efforce de mesurer toute chose, toute situation et toute son activité à l'aune du bien moral.

Il faut donc considérer comme prudent non pas - comme on le fait souvent - celui qui sait se débrouiller dans la vie et en tirer le plus grand avantage, mais plutôt celui qui sait construire sa vie en suivant la voix d'une droite conscience ainsi que les exigences de l'authentique morale.

Ainsi donc la Prudence est-elle la clef pour la réalisation de la tâche fondamentale que le Seigneur a confiée à chacun d'entre nous. Cette tâche, c'est la perfection même de l'homme.

La prudence évangélisée

Chacun de nous tient son humanité de Dieu. A nous de nous comporter en conséquence. Mais le chrétien a le droit et le devoir de considérer la vertu de Prudence encore d'un autre point de vue. Elle est comme l'image de la providence de Dieu projetée dans l'homme concret. Car - la Genèse nous l'apprend - l'homme a été créé à l'image et ressemblance de Dieu. Et Dieu réalise son plan dans l'histoire de la création et surtout dans l'histoire de l'humanité.

L'objet de ce dessein est - selon l'enseignement de saint Thomas d'Aquin - le bien suprême de l'univers. Considéré dans l'histoire de l'humanité, le même dessein divin devient simplement le dessein du salut, un dessein qui nous embrasse tous. Au centre même de sa réalisation se trouve Jésus-Christ, expression de l'éternel amour et de la sollicitude de Dieu même, Père, pour le salut de l'homme. C'est en même temps l'expression pleine de la divine Providence.

Et bien, l'homme qui est à l'image de Dieu doit être - je cite encore saint Thomas - en quelque sorte la Providence. Mais à sa mesure. Il peut participer à cette grande marche de toutes les créatures vers ce but qu'est le bien de la création. Il doit - pour nous exprimer encore davantage dans le langage de la foi - participer au dessein du divin Salut. Il doit marcher vers le Salut et aider les autres à se sauver. En aidant les autres, il se sauve lui-même.

Chacun de nous se posera donc la question

Chacun de nous se posera donc la question :

  • Suis-je prudent dans ce sens là ? Mon programme de vie tend-il à mon vrai bien ? Tend-il à la réalisation de mon salut, tel que le veulent le Christ et l'Eglise ?
  • L'étudiant et l'étudiante qui m'écoutent aujourd'hui, le garçon et la fille, considéreront sous cet éclairage leurs devoirs de classe, leurs lectures, leurs passe-temps, le choix de leurs amis et amies.
  • Le père et la mère de famille qui m'écoutent, penseront à leurs devoirs d'époux et de parents.
  • Sous ce même éclairage, le ministre ou l'homme d'Etat considérera ses devoirs et ses responsabilités. Cherche-t-il le vrai bien de la société, de la nation, de l'humanité ? Ou n'a t-il en vue que des intérêts particuliers ?
  • Si j'ai parmi mes auditeurs un journaliste, un publiciste ou une personne qui a une influence sur l'opinion publique, il réfléchira sur la portée de son influence.

Le pape qui vous parle

Et moi, le Pape qui vous parle, que dois-je faire pour agir avec prudence ?

Je pense aux lettres adressées par Albino Luciani, alors patriarche de Venise, à Saint Bernard. Dans sa réponse au cardinal Luciani, saint Bernard, docteur de l'Eglise, rappelle avec force que celui qui gouverne doit être prudent.

Que doit faire le nouveau Pape pour agir avec prudence ? Il doit certainement faire beaucoup.

Il doit toujours se renseigner et toujours méditer sur ces problèmes.

Est-ce tout ? Non. Il doit en outre prier pour avoir le don de Conseil.

Le don de conseil, don de l'Esprit Saint

Et tous ceux qui désirent que le nouveau Pape soit un pasteur prudent de l'Eglise, auront à cœur de demander pour lui le don de Conseil.

Et qu'ils demandent aussi pour eux-mêmes ce don, par l'intercession de Notre-Dame du bon Conseil.

Il faut en effet souhaiter que tous les hommes se comportent avec prudence et que les détenteurs du pouvoir soient animés par une authentique Prudence.

Puisse l'Eglise, fortifiée par les dons du Saint-Esprit et en particulier par le don de Conseil, s'insérer efficacement dans cette grande marche vers le bien de tous, et montrer à tous la voie du Salut éternel.

________________

Sa sainteté le pape Jean-Paul II

Audience du 25 octobre 1978,

Prudence: The First Cardinal Virtue (John Paul II)

Prudence, the key of perfection

The ancients spoke a great deal of this virtue. We owe them, for this reason, deep gratitude and thanks. In a certain dimension, they taught us that the value of man must be measured with the yardstick of the moral good which he accomplishes in his life. It is just this that ensures the virtue of prudence first place. The prudent man, who strives for everything that is really good, endeavors to measure every thing, every situation and his whole activity according to the yardstick of moral good.

So a prudent man is not one who—as is often meant—is able to wangle things in life and draw the greatest profit from it; but one who is able to construct his whole life according to the voice of upright conscience and according to the requirements of sound morality.

So prudence is the key for the accomplishment of the fundamental task that each of us has received from God. This task is the perfection of man himself. God has given our humanity to each of us. We must meet this task by planning it accordingly.

Evangelical prudence

But the Christian has the right and the duty to look at the virtue of prudence also in another perspective. It is, as it were, the image and likeness of the Providence of God himself in the dimensions of concrete man. For man—as we know from the book of Genesis—was created in the image and likeness of God. And God carries out his plan in the history of creation, and above all in the history of mankind.

The purpose of this plan is—as St Thomas teaches—the ultimate good of the universe. The same plan in the history of mankind becomes simply the plan of salvation, the plan that embraces us all. At the central point of its realization is Jesus Christ, in whom was expressed the eternal love and solicitude of God himself, the Father, for the salvation of man. This is at the same time the full expression of Divine Providence.

Well, man who is the image of God, must—as St Thomas again teaches—in some way be providence: but within the proportions of his life. He can take part in this great march of all creatures towards the purpose, which is the good of creation. He must—expressing ourselves even more in the language of faith—take part in the divine plan of salvation. He must march towards salvation, and help others to save themselves. By helping others, he saves himself.

Each one of us must ask the same questions

I pray in order that, in this light, those who are listening to me will think now of their own lives.

  • Am I prudent? Do I live consistently and responsibly? Does the program I am realizing serve the real good? Does it serve the salvation that Christ and the Church want for us?
  • If a boy or girl student, a son or a daughter, is listening to me today, let such a person look in this light at the homework, reading, interests, pastimes, the circle of friends, boys and girls.
  • If a father or a mother of a family is listening to me, let such a person think a little of the conjugal and parental commitments.
  • If a minister or statesman is listening to me, let him look at the range of his duties and responsibilities. Is he pursuing the real good of society, of the nation, of mankind? Or only particular and partial interests.
  • If a journalist or publicist is listening to me, one who exercises an influence on public opinion, let such a person reflect on the value and purpose of this influence.

I, too, who am speaking to you, I the Pope, what must I do to act prudently? There come into my mind the letters to St Bernard' of Albino Luciani, then Patriarch of Venice. In his answer to Cardinal Luciani, the Abbot of Chiaravalle—a Doctor of the Church—recalls emphatically that he who governs must be "prudent". What, then, must the new Pope do in order to operate prudently? Certainly he must do a great deal in this direction.

He must always learn and always meditate on these problems. But in addition to this, what can he do? He must pray and endeavour to have that gift of the Holy Spirit which is called the gift of counsel.

The gift of counsel, gift of the Holy Spirit

And let all those who wish the new Pope to be a prudent Pastor of the Church, implore for him the gift of counsel. And for themselves, let them also ask for this gift through the special intercession of the Mother of Good Counsel. For it ought to be very greatly desired that all men will behave prudently and that those who wield power will act with true prudence. So may the Church—prudently strengthening herself with the gifts of the Holy Spirit and, in particular, with the gift of counsel—take part effectively in this great march towards the good of all, and so may she show to everyone the way to eternal salvation.

________________

Pope John Paul II

First General Audience, October 25, 1978,