La foi de Marie et l'attente messianique

La foi de Marie et l'attente messianique

La foi de Marie s’inscrit dans son époque, une époque que l'on connaît de mieux en mieux.

Les uns n'attendent les temps messianiques mais ils n'attendent pas une venue particulière de Dieu parce que la "Shekhinah" n'a pas quitté pas Israël. Leur attitude est fermée, satisfaite, orientée vers un statut quo.

Exemple de texte de cette tradition :

«- Dans lequel j'habite. Choyé est Israël car même s'ils sont impurs, la Shekhinah est au milieu d'eux. Comme il est dit (Lc 16, 16) : habitant avec eux au milieu de leurs impuretés... »

(Sifre Nb Pisqa 161, p.222 § 15 b)

D'autres pensent qu'après le péché, Dieu s'est retiré au 7° ciel (1), et ils attendent sa miséricorde. Ils attendent l'ouverture du ciel ou la descente de la Shekhinah (2), et un rédempteur personnel. Leur attitude est "ouverte" à quelque chose de nouveau (3).

Exemple de texte de cette tradition :

« Il a créé l'homme et lui a dit :

Tu peux manger de tous les arbres, mais de l'arbre du bien et du mal, tu n'en mangeras pas. Et il transgressa son commandement. Ainsi, j'ai désiré qu'il y ait sur terre une habitation comme elle est dans le ciel. Je t'ai commandé une seule chose mais tu ne l'as pas gardée.

Aussitôt, le Saint, béni soit-il, a fait disparaître sa Shekinah... Ils entendirent la voix d'Adonaï qui marchait dans le jardin, parce qu'ils avaient transgressé ses commandements.

La Shekinah est partie dans son premier ciel.

Caïn se leva et tua Abel, aussitôt la Shekhinah s'en alla dans le deuxième ciel.

J'ai fait sept cieux.

(Mais après cela que fit-il ?) Il doubla les générations et aux générations mauvaises il opposa les générations bonnes.

Enfin vint Abraham qui se distingua par de bonnes choses. Et le Saint, béni soit-il, descendit du septième ciel vers le sixième. »

(Tanhuma naso 16)

La foi de Marie est caractérisée par une attitude d'ouverture

Marie accueille un ange, une parole venue du ciel, elle adhère à l’annonce de la naissance d’un messie personnel, elle croit au miracle qui confirme cette parole (Elisabeth malgré son âge attend un enfant, et Marie elle-même concevra dans la virginité).

Jean Paul II en tire une conséquence sur la coopération de Marie au Christ Rédempteur :

« Ce fait fondamental d’être la Mère du Fils de Dieu est, depuis le début, une ouverture totale à la personne du Christ, à toute son œuvre, à toute sa mission. Les mots "Je suis la servante du Seigneur" témoignent de cette ouverture d’esprit de Marie, qui unit en elle de façon parfaite l’amour propre à la virginité et l’amour caractéristique de la maternité, réunis et pour ainsi dire fusionnés. C’est pourquoi non seulement Marie est devenue la mère du Fils de l’homme, celle qui l’a nourri, mais elle a été aussi "généreusement associée, à un titre absolument unique" (LG 61) au Messie, au Rédempteur.»

L’ouverture de Marie se manifeste aussi par le fait qu’elle ne dit pas simplement « Oui », mais « Qu’il m’advienne selon ta parole » (Lc 1, 38), c’est-à-dire qu’elle est ouverte à la signification que Dieu donne lui-même à cette Parole, une signification qui n’est pas contraire à ce que Marie comprend (Dieu ne ment pas !) mais qui peut aller bien au-delà…


Notes :

(1) Une telle vision de Dieu inspire encore le christianisme : « Se sentant refusé et repoussé par l’homme, Dieu, dans le respect de la liberté des hommes, donne le sentiment qu’il s’est éloigné, avec pour conséquence l’obscurcissement de la vie qui fait descendre la nuit sur l’Histoire.» JEAN PAUL II, Message pour le 80ème anniversaire des apparitions de Fatima, DC du 16.11.97

(2) Par respect pour Dieu, les Juifs ne parlent pas de l’intervention de Dieu mais de l’ouverture du ciel.

(3) Pour l’explication de ces courants, lire : J. BERNARD, Torah et culte chez les Rabbins, confessions divergentes, dans Mélanges de science Religieuse, Lille, Janvier-mars 1997 pp. 38-71 ; J. BERNARD, Le péché originel, une invention de saint Paul ? Revue Ensemble n° 2, juin 1994, p. 91-106


F. Breynaert,

Docteur en théologie, enseignante et conférencière

Extraits de F. BREYNAERT, A l'écoute de Marie, préface Mgr Rey, tome I,

éditions du ver luisant, Brive 2007 (diffusion Mediaspaul), p. 111-113

JE PARTICIPE !