La foi est un germe de la vraie vie (Benoît XVI)

La foi est un germe de la vraie vie (Benoît XVI)

Les mots « foi » et « espérance » sont souvent interchangeables (He 10, 22-23 ; 1P 3, 15). Benoît XVI explique le rapport intrinsèque entre la foi et l'espérance. Ce grand document (Lettre encyclique Spe salvi § 7) offre, dans une rigoureuse approche œcuménique, une interprétation de l'Ecriture (He 11, 1) avec la tradition.

N.B. Les sous-titres sont ajoutés par nos soins.

Comment bien interpréter saint Paul ?

« La foi est l'hypostasis des biens que l'on espère, la preuve des réalités qu'on ne voit pas. » (He 11,1)

L'interprétation de la tradition antique : la foi est un germe de la vraie vie.

Benoît XVI explique :

Pour les Pères et pour les théologiens du Moyen-Âge, il était clair que la parole grecque hypostasis devait être traduite en latin par le terme substantia.

La traduction latine du texte, née dans l'Église antique, dit donc: « Est autem fides sperandarum substantia rerum, argumentum non apparentium » - la foi est la « substance » des réalités à espérer; la preuve des réalités qu'on ne voit pas.

Utilisant la terminologie de la tradition philosophique dans laquelle il se trouve, Thomas d'Aquin[1] l'explique ainsi: la foi est un « habitus », c'est-à-dire une disposition constante de l'esprit, grâce à laquelle la vie éternelle prend naissance en nous et grâce à laquelle la raison est portée à consentir à ce qu'elle ne voit pas.

Le concept de « substance » est donc modifié dans le sens que, par la foi, de manière initiale, nous pourrions dire « en germe » - donc selon la « substance » - sont déjà présents en nous les biens que l'on espère - la totalité, la vraie vie.

Et c'est précisément parce que les biens eux-mêmes sont déjà présents que la présence de ce qui se réalisera crée également la certitude: ces « biens » qui doivent venir ne sont pas encore visibles dans le monde extérieur (ils « n'apparaissent » pas), mais en raison du fait que, comme réalité initiale et dynamique, nous les portons en nous, naît déjà maintenant une certaine perception de ces biens.

Luther : la foi consiste à être ferme. Une interprétation trop faible du texte.

Benoît XVI explique :

Mais à Luther, pour qui la Lettre aux Hébreux comme telle n'était pas très sympathique, le concept de « substance », dans le contexte de sa vision de la foi, ne disait rien. C'est pourquoi il comprit le terme hypostase/substance non dans le sens objectif (de réalité présente en nous), mais dans le sens subjectif, comme expression d'une disposition et, par conséquent, il dut naturellement comprendre aussi le terme argumentum comme une disposition du sujet. Cette interprétation s'est affermie au vingtième siècle - au moins en Allemagne - même dans l'exégèse catholique, de sorte que la traduction œcuménique du Nouveau Testament en langue allemande, approuvée par les Évêques, dit: « Glaube aber ist: Feststehen in dem, was man erhofft, Überzeugtsein von dem, was man nicht sieht » (La foi consiste à être ferme en ce que l'on espère, à être convaincu de ce que l'on ne voit pas).

En soi, cela n'est pas faux, mais ce n'est pas cependant le sens du texte, parce que le terme grec utilisé (elenchos) n'a pas la valeur subjective de « conviction », mais la valeur objective de « preuve ».

C'est donc à juste titre que l'exégèse protestante récente est parvenue à une conviction différente: « Mais maintenant, on ne peut plus mettre en doute que cette interprétation protestante, devenue classique, est insoutenable »[2].

Conclusion : la foi nous donne déjà maintenant quelque chose.

Benoît XVI explique :

La foi n'est pas seulement une tension personnelle vers les biens qui doivent venir, mais qui sont encore absents; elle nous donne quelque chose.

Elle nous donne déjà maintenant quelque chose de la réalité attendue, et la réalité présente constitue pour nous une « preuve » des biens que nous ne voyons pas encore.

Elle attire l'avenir dans le présent, au point que le premier n'est plus le pur « pas-encore ».

Le fait que cet avenir existe change le présent; le présent est touché par la réalité future, et ainsi les biens à venir se déversent sur les biens présents et les biens présents sur les biens à venir.


[1] Somme théologique, IIa-IIæ q. 4, a. 1.

[2] Köster H. : ThWNT VIII (1969), p. 585.

Benoît XVI, Lettre encyclique Spe salvi § 7

JE PARTICIPE !