Vatican II et la foi de Marie

La foi de Marie selon Vatican II

La foi : adhérer, être unie

En hébreu, la foi a la même racine que le verbe adhérer. Marie est unie à son Fils par un « lien étroit et indissoluble » (LG 53), et ceci pour la raison que depuis toute éternité le Père a voulu l’incarnation de son Fils et en même temps donc il a voulu sa mère, Marie (LG 56). Marie est unie à son Fils dès le projet éternel du Père !

Ce faisant, Marie est aussi unie au Père, et à l’Esprit Saint : « la fille de prédilection du Père et le sanctuaire du Saint-Esprit, don d’une grâce exceptionnelle qui la met bien loin au-dessus de toutes les créatures dans le ciel et sur la terre » (LG 53).

L'accent nouveau du concile sur la foi de Marie

Avant le concile, certains imaginaient en Marie une vision béatifique, ou une prescience dès la petite enfance, quitte à faire de Marie enfant une adulte en miniature.

Cette façon de voir ne correspond pas à l’Evangile qui nous montre que les parents de Jésus à douze ans ne le comprirent pas, ou qui nous montre Marie méditant, opérant donc un travail intense de réflexion, de mémoire, de mise en rapport des événements avec la révélation biblique. Le concile parle donc de la foi de Marie, et de « son pèlerinage de foi » (LG 58)

1) La foi de Marie contribue à notre salut

« C’est donc à juste titre que les saints Pères considèrent Marie comme apportant au salut des hommes non pas simplement la coopération d’un instrument passif aux mains de Dieu, mais la liberté de sa foi et de son obéissance. En effet, comme dit saint Irénée, "par son obéissance elle est devenue, pour elle-même et pour tout le genre humain, cause de salut". Aussi avec lui, bon nombre d’anciens Pères disent volontiers dans leurs prédications: "Le nœud dû à la désobéissance d’Eve, s’est dénoué par l’obéissance de Marie ; ce que la vierge Eve avait noué par son incrédulité, la Vierge Marie l’a dénoué par sa foi." comparant Marie avec Eve, ils appellent Marie "la Mère des vivants" et déclarent souvent: "par Eve la mort, par Marie la vie. » (LG 56)

2) Par sa foi, tout au long de sa vie et jusqu’à la croix que Marie est spirituellement notre mère :

« Ainsi la bienheureuse Vierge avança dans son pèlerinage de foi, gardant fidèlement l’union avec son Fils jusqu’à la croix où, non sans un dessein divin, elle était debout (cf. Jn 19,25 )… » (LG 58)

« En concevant le Christ, en le mettant au monde, en le nourrissant, en le présentant dans le Temple à son Père, en souffrant avec son Fils qui mourrait sur la croix, elle apporta à l’œuvre du Sauveur une coopération absolument sans pareille par son obéissance, sa foi, son espérance, son ardente charité, pour que soit rendue aux âmes la vie surnaturelle. C’est pourquoi elle est devenue pour nous, dans l’ordre de la grâce, notre Mère. » (LG 61)

3) La foi de Marie est exemplaire

L’Eglise qui comme Marie est vierge et mère, il s’agit d’une virginité spirituelle qui est l’intégrité de la foi (LG 64), et Marie en est le modèle très sûr :

« Marie est saluée comme un membre suréminent et absolument unique de l’Eglise, modèle et exemplaire admirables pour celle-ci dans la foi et dans la charité » (LG 53)

« La Mère de Dieu est le modèle dans l’ordre de la foi, de la charité et de la parfaite union au Christ. En effet, dans le mystère de l’Eglise, qui reçoit elle aussi à juste titre le nom de Mère et de Vierge, la bienheureuse Vierge Marie occupe la première place, offrant, à un titre éminent et singulier, le modèle de la vierge et de la mère. » (LG 63)

A l’annonciation, c’est le Verbe de Dieu, c’est-à-dire la Parole de Dieu que Marie a reçu dans la foi, de même, l’Eglise reçoit dans la foi la parole de Dieu (LG 64).

4) Marie aide la contemplation de la foi, la connaissance du mystère de Dieu :

« En se recueillant avec piété dans la pensée de Marie, qu’elle contemple dans la lumière du Verbe fait homme, l’Eglise pénètre avec respect plus avant dans le mystère suprême de l’Incarnation et devient sans cesse plus conforme à son Epoux.

Intimement présente en effet à l’histoire du salut, Marie rassemble et reflète en elle-même d’une certaine façon les requêtes suprêmes de la foi et elle appelle les fidèles à son Fils… » (LG 65)


Abréviation : LG = Vatican II, Lumen Gentium constitution dogmatique sur l’Eglise

Synthèse F. Breynaert

JE PARTICIPE !