Cinquième jour de la neuvaine à Notre Dame de Guadalupe
07 décembre 2020

Jour 5 : Troisième apparition de la Vierge de Guadalupe

 

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

Je vous salue, Marie pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen.

 

Extrait du Nican Mopohua

Entretemps, Juan Diego s’entretient de nouveau avec la Sainte Vierge et lui rapporte la réponse de l'évêque. Quand la Dame entend cela, elle lui dit : « C'est bien, mon fils. Tu iras demain porter à l'évêque le signe qu'il te demande, afin qu'il te croie. Sache que je récompenserai ton souci, ta peine et ta fatigue. Pars maintenant ; je t'attends demain. »

Le lendemain, lundi, alors que Juan Diego doit porter un signe à l'évêque pour être cru, il n'y retourne pas, parce qu'en rentrant chez lui, il apprend que son oncle, Juan Bernardino, est gravement malade. Il fait d'abord venir un médecin, mais il est déjà trop tard : son oncle est à l’agonie. Le soir, l'oncle prie son neveu d'aller à Tlatelolco chercher un prêtre qui entende sa confession et le prépare à mourir.

Le mardi, Juan Diego se met en route très tôt le matin. Arrivé à la hauteur de Tepeyac, sur la route qu’il prend d'habitude, il se dit : « Si je vais tout droit, la Dame risque de me voir et de m'arrêter pour me donner le signe que demande l'évêque. Pourtant, il faut que je m'occupe de notre malheur, que j'aille trouver ce prêtre. Mon pauvre oncle est en train de souffrir et il attend cette visite. » Il contourne donc la colline et se dirige vers l'Est, pour atteindre rapidement Mexico et ne pas être arrêté par la Dame du Ciel.

 

Méditation

La Vierge console à nouveau Juan Diego après son deuxième échec lors de sa rencontre avec l'évêque. Elle lui promet le signe nécessaire pour que sa parole soit crue par l'autorité ecclésiastique. Mais lorsqu'il arrive chez lui, Juan se sent obligé de remplir son devoir familial – assister son oncle gravement malade. Servir son prochain dans ses besoins concrets est une véritable façon d’adorer Dieu et il sait dans son cœur que Dieu en tiendra compte. C'est pourquoi il ose ne pas rencontrer la Dame du Ciel, même s’il avait contemplé le Ciel en sa présence : il sait par le catéchisme que l'amour de Dieu et l'amour du prochain ne sont jamais incompatibles, mais sont le point culminant de la vraie religion.

 

Prière

Très Sainte Vierge Marie, faites croître le feu de la charité dans nos cœurs afin que nous ne cessions jamais de prendre soin de nos frères et sœurs dans le besoin ; que nous soyons des témoins fidèles de l'amour de votre Fils et que nous ne nous lassions jamais de faire du bien à tous ceux qui nous demandent de l'aide. Libérez-nous de la tentation de juger, de critiquer ou d'être sourds aux cris de ceux qui souffrent. Donnez-nous l’esprit de service dont était habité l'humble saint Juan Diego pour répondre rapidement et sans hésitation à l'amour de notre prochain.

 

Rester informé

Recevoir la newsletter de l'association

Recevoir le magazine Ave Maria