Huitième jour de la neuvaine à Notre Dame de Montligeon
15 novembre 2021

Jour 8 : La Vie éternelle est une communion d’amour avec Dieu

 

Prière à Marie 

Je vous salue Marie,
pleine de grâce
Le Seigneur est avec vous,
vous êtes bénie entre toutes les femmes
et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie,
Mère de Dieu,
priez pour nous,
pauvres pécheurs
maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen.


Sœur Monique-Marie nous invite à aller vers la Vie éternelle

« La Vie éternelle, c’est la vie dans la communion d’amour avec Dieu et toute l’humanité. Une harmonie parfaite entre Dieu et nous ; une harmonie de paix et de bonheur qui nous comble. » 

 

Pour approfondir

En regardant autour de nous, force est de constater que la mort fait partie de ce monde. Elle est naturelle et la Création nous le montre chaque jour. En même temps, elle est contre nature parce que la Bible nous dit que l’homme n’est pas fait pour la mort. La mort est entrée dans le monde comme salaire du péché, parce que l’homme s’est détourné de Dieu. Pourtant à la suite du Christ, mourir nous ramène à la vie. Dans le Christ, nous voyons deux exemples : une épreuve de force, de volonté et en même temps un abandon, un lâcher prise pour accepter cette mort, ce passage vers la vie éternelle. 

« Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. Père saint, garde-les unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean : 17, 11)

« Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, ils soient eux aussi avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont reconnu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître, pour que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que moi aussi, je sois en eux. » (Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean : 17, 24-26)

 

Méditation

Méditons aujourd’hui la lettre Encyclique SPE Salvi (30 novembre 2007, paragraphe 12 de l’introduction) du souverain pontife Benoît XVI :

« L'expression “vie éternelle” cherche à donner un nom à cette réalité connue inconnue. Il s'agit nécessairement d'une expression insuffisante, qui crée la confusion. En effet, “éternel” suscite en nous l'idée de l'interminable, et cela nous fait peur ; “vie” nous fait penser à la vie que nous connaissons, que nous aimons et que nous ne voulons pas perdre et qui est cependant, en même temps, plus faite de fatigue que de satisfaction, de sorte que, tandis que d'un côté nous la désirons, de l'autre nous ne la voulons pas. Nous pouvons seulement chercher à sortir par la pensée de la temporalité dont nous sommes prisonniers et en quelque sorte prévoir que l'éternité n'est pas une succession continue des jours du calendrier, mais quelque chose comme le moment rempli de satisfaction, dans lequel la totalité nous embrasse et dans lequel nous embrassons la totalité. Il s'agirait du moment de l'immersion dans l'océan de l'amour infini, dans lequel le temps – l'avant et l'après – n'existe plus. Nous pouvons seulement chercher à penser que ce moment est la vie au sens plénier, une immersion toujours nouvelle dans l'immensité de l'être, tandis que nous sommes simplement comblés de joie. C'est ainsi que Jésus l'exprime dans Jean : “Je vous reverrai, et votre cœur se réjouira ; et votre joie, personne ne vous l'enlèvera” (16, 22). Nous devons penser dans ce sens si nous voulons comprendre ce vers quoi tend l'espérance chrétienne, ce que nous attendons par la foi, par notre être avec le Christ. »

 

Prière

Notre Père
qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite,
sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,
pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi
à ceux qui nous ont offensés
et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du mal.
Amen.

 

Prière à Notre Dame Libératrice pour les défunts

Notre Dame Libératrice, prends en pitié tous nos frères défunts, 
spécialement ceux qui ont le plus besoin 
de la miséricorde du Seigneur. 

Intercède pour tous ceux qui nous ont quittés, 
afin que s’achève en eux l’œuvre de l’amour qui purifie. 
Que notre prière, unie à celle de toute l’Église,
leur obtienne la joie qui surpasse tout désir 
et apporte ici-bas consolation et réconfort 
à nos frères éprouvés ou désemparés. 

Mère de l’Église, aide-nous, pèlerins de la Terre, 
à mieux vivre chaque jour 
notre passage vers la Résurrection. 
Guéris-nous de toute blessure du cœur et de l’âme. 
Fais de nous des témoins de l’Invisible, 
déjà tendus vers les biens que l’œil ne peut voir. 
Des apôtres de l’espérance, 
semblables aux veilleurs de l’aube. 

Refuge des pécheurs et Reine de tous les saints, 
rassemble-nous tous un jour, pour la Pâque éternelle, 
dans la communion du Père, avec Jésus le Fils, 
dans l’Esprit Saint, pour les siècles des siècles. 
Amen. 

Notre Dame de Montligeon, 
priez pour les âmes du purgatoire.

 

Rester informé

Recevoir la newsletter de l'association

Recevoir le magazine Ave Maria