Huitième jour de la neuvaine à Notre Dame du Mont-Carmel
14 juillet 2021

Jour 8 : Avec saint Jean de la Croix et Marie, nous abandonner sans limites à la miséricorde divine



Saint Jean de la Croix (1542-1591)

Juan de Yepes naît en 1542 à Fontiveros, en Castille (Espagne), dans une famille de pauvres tisserands. Après la mort du père et du second frère de Jean, la famille s’installe à Medina del Campo (à 50 km plus au nord) pour sortir de la misère. Jean y entre chez les carmes à l’âge de 21 ans, sous le nom de frère Jean de Saint-Matthias. Il fait ensuite ses études de théologie à Salamanque où il est ordonné prêtre en 1567. De retour à Medina del Campo, il y rencontre Thérèse de Jésus qui vient d’y fonder un deuxième monastère de carmélites déchaussées. En ce jeune religieux habité d’un grand désir spirituel, Thérèse d’Avila reconnaît l’homme providentiel que le Seigneur lui associe afin de susciter dans la branche masculine du Carmel un renouveau analogue à celui qu’elle a initié parmi les carmélites. C’est ainsi que, le 28 novembre 1568, à Duruelo (au nord de Madrid), Jean et quelques compagnons fondent le premier couvent de carmes déchaux. Il se nomme dorénavant frère Jean de la Croix.

En 1572, Thérèse appelle Jean à Avila comme confesseur des carmélites de l’Incarnation. Malheureusement, une opposition violente se fait jour et se déchaîne contre la Mère Thérèse et son œuvre. Dans ce contexte difficile, Jean est enlevé et séquestré pendant neuf mois au couvent des carmes de Tolède, dans des conditions terribles. Pourtant, ce moment d’abandon est pour lui le creuset d’une expérience mystique qui devient une véritable source : alors qu’il est dépouillé de tout, Jean expérimente que le Christ crucifié et ressuscité devient son tout.

En août 1578, il parvient à s’évader. Rapidement, il gagne l’Andalousie où il vivra dix années fécondes en missions, apostolat et écriture spirituelle.

À 46 ans, Jean est envoyé à Ségovie avec de hautes responsabilités. Mais des rivalités émergent dans le Carmel déchaussé et il est dépouillé de toutes charges. Jean demande à se retirer dans la solitude. Une infection l’emporte en quelques mois. À Ubeda, le 14 décembre 1591, il quitte ce monde. Canonisé en 1726, il est déclaré Docteur de l’Église en 1926. Ce grand poète a écrit quatre traités : Le Cantique spirituel, La montée du mont Carmel, La nuit obscure et La vive flamme d’amour. Le « Docteur mystique » enseigne comment nous laisser embraser du feu de l’Esprit Saint pour participer de la vie divine ; il nous guide à travers nos nuits jusqu’à l’union d’amour de la Trinité.


La Vierge Marie et saint Jean de la Croix  

« Celui qui aime sagement ne se met pas en peine de demander ce qui lui manque ou ce qu’il désire : il se contente d’exposer son besoin, laissant au Bien-Aimé [le soin] de faire ce qui lui plaira. La bienheureuse Vierge en agit ainsi aux noces de Cana en Galilée. Elle n’adressa pas à son cher Fils de demande directe ; elle se contenta de lui dire : “Ils n’ont pas de vin” (Jean 2, 3). » (Cantique spirituel A, 2,8)

 

Méditation

Voilà jusqu’où la Vierge Marie veut nous accompagner dans la confiance en Dieu ! Puissions-nous avec elle remettre nos besoins, nos soucis de tous ordres, nos proches dans le Cœur de Jésus. C’est cela la vraie confiance ! Plus nous vivrons la prière dans cet esprit, plus nous serons libérés du besoin de contrôler, de savoir, d’anticiper… Comme Marie, offrons tout avec simplicité dans le Cœur du Christ, Lui ne faillira pas à nous donner ce qui nous est vraiment profitable. Et voilà le difficile : accepter de recevoir de Jésus ce qui nous est bon un jour à la fois sans décider de cela par nous-mêmes mais en choisissant jour après jour de nous abandonner à la bonté et à sa miséricorde. C’est ce qu’exprime si bien Jean de la Croix dans la prière qui suit !

 

Prière 

Prions la prière de l’âme embrasée d’amour de Jean de la Croix : 

« Seigneur Dieu, mon Bien-Aimé ! Si le souvenir de mes péchés t’empêche de m’accorder la grâce que je sollicite, accomplis ta volonté, car c’est là ce que je préfère. Et cependant, j’ose t’en supplier : donne lieu à ta bonté, à ta miséricorde, de resplendir dans le pardon que tu m’accorderas. Si ce sont mes œuvres que tu attends pour m’accorder l’objet de ma requête, donne-les-moi en les opérant toi-même en moi. Joins-y les peines que tu voudras bien accepter, et qu’elles viennent…

Qui pourra, mon Dieu, s’affranchir des modes et des termes vulgaires, si tu ne l’élèves toi-même jusqu’à toi en pureté d’amour ? Comment montera jusqu’à toi l’homme engendré, nourri dans les bassesses, si tu ne l’élèves, Seigneur, de cette même main qui l’a formé ? 

Tu ne retireras point, mon Dieu, ce que tu m’as une fois donné en me donnant ton Fils unique, Jésus-Christ, en qui tu m’as donné tout ce que je peux désirer. Aussi je veux me réjouir, car tu ne tarderas pas, si je t’espère véritablement. 

Et toi, qu’attends-tu, puisque dès maintenant tu peux aimer Dieu dans ton Cœur ? 

Les Cieux sont à moi et la Terre est à moi. À moi les nations, à moi les justes, à moi les pécheurs. Les anges sont à moi et la Mère de Dieu est à moi. Tout est à moi. Dieu est à moi et pour moi, puisque le Christ est à moi et tout entier pour moi (cf. 1 Co 3, 22-23). Après cela, que demandes-tu et que cherches-tu, mon âme ? Tout est à toi et entièrement pour toi. Sois fière et ne t’arrête pas aux miettes qui tombent de la table de ton Père. Sors et glorifie-toi de ta gloire. Réjouis-toi, et tu obtiendras ce que ton cœur demande (Ps 36,4). »

Jean de la Croix - Dits de Lumière et d’Amour 26 (en espagnol Dichos 26)

 

Chant

Merveille de beauté, 
de grâce couronnée,
Ô fleur du paradis, 
Femme nouvelle,
En ton cœur vint l’Esprit
Et ton corps fut la terre,
où germa le Sauveur.
La première en chemin
Avec l’Église en marche,
Dès les commencements,
Tu appelles l’Esprit !
En ce monde aujourd’hui,
Assure notre marche,
Que grandisse le corps de ton Fils Jésus-Christ.
Ô Cœur immaculé,
Refuge des pécheurs.
Tendresse du Seigneur,
Mère des pauvres !
Conduis-nous par la main
Vers la Terre nouvelle,
Où triomphe la joie.

Lucien Deiss

 

Rester informé

Recevoir la newsletter de l'association

Recevoir le magazine Ave Maria