Neuvième jour de la neuvaine à Notre Dame de la Médaille Miraculeuse
26 novembre 2020

Jour 9 - 26 novembre : Dans la lumière du jour mensuel de sainte Anne qui enseigna la Petite Marie

 

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.

 

Marie a préparé le dogme de l’Immaculée Conception par la prière de la médaille de 1830 : « Ô Marie conçue sans péché, prie pour nous qui avons recours à vous. » 

Elle confirme le dogme promulgué par le pape Pie IX en 1854 lors de l’apparition à Lourdes en 1858 : « Je suis l’Immaculée Conception. » 

Elle nous conduit jusqu’au 8 décembre, jour de l’Immaculée Conception, au Cœur de son Divin Fils (par son scapulaire du Sacré-Cœur) aux apparitions de Pellevoisin en 1876.  

Catherine s’éteint le 31 décembre de cette même année 1876. La signature de Marie sur la France, inaugurée avec Catherine en 1830, s’achève avec cette dernière apparition de Pellevoisin en 1876. 

Dans les apparitions de Pontmain en 1871 et de La Salette en 1846, nous voyons l’Immaculée Conception impliquée directement dans le combat spirituel qui fait rage sur la Terre. Les deux apparitions enseignent la fidélité au Décalogue, les 10 commandements donnés à Moïse au Mont Sinaï. À La Salette en 1846, Marie met l’accent sur la 1ère table du Décalogue qui n’est pas respectée, les commandements envers Dieu. Ce qui va engendrer diverses calamités, maladies et disettes… À Pontmain en 1871, la Sainte Vierge intervient en pleine guerre pour rappeler la 2e table du Décalogue, qui concerne les commandements envers notre prochain. L’entraînement sur le terrain des trois convoitises (la convoitise des yeux, la convoitise de la chair et l’orgueil de la vie) engendre en effet guerres, meurtres, vols, mensonges…

 

Prières

Prions aux intentions correspondantes aux enjeux principaux du dogme de l’Immaculée Conception… 

1 : Pour la défense de la vie de l’être humain embryonnaire dès sa conception

2 : Pour la guérison de nos âmes qui peuvent être blessées dès leur conception

3 : Pour la libération des esprits mauvais par l’intercession de l’Immaculée Conception en sainte Anne et saint Joachim et à proximité du jeune saint Joseph de Nazareth, terreur des démons… 

4 : Pour que le dogme de « Marie Co-Rédemptrice » soit promulgué dans l’Église dans la lumière de son Immaculée Conception et de sa Maternité universelle au pied de la Croix : Mère de Dieu, des hommes et de l’Église.

 

Je récite une dizaine de Chapelet : Pater, 10 Ave, Gloria

 

« Ô Marie Conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. »

  

Chant

Merci sainte Anne avec ton époux saint Joachim

1/ Merci sainte Anne, de nous avoir donné l’Immaculée Conception !   
2/ Merci sainte Anne, de nous donner toujours l’Immaculée Conception !

* 1 Car C’est en Elle que le Verbe s’est fait chair et qu’il a habité parmi nous.       
Car c’est en Elle que le Verbe s’est fait chair pour nous donner la Vie, pour nous donner l’Amour.

* 2 Car C’est en Elle que le Verbe s’est fait chair pour nous libérer dans les tourments.           
Car C’est en Elle que le Verbe s’est fait chair pour écraser la tête de l’antique serpent.    

* 3 Car C’est en Elle que le Verbe s’est fait chair pour nous racheter et nous sauver.       
Car c’est en Elle que le Verbe s’est fait chair pour nous donner la Vie, pour nous ressusciter !

* 4 Car C’est en Elle que le Verbe s’est fait chair pour nous relever de nos péchés.
Car c’est en Elle que le Verbe s’est fait chair. Lui le Chemin, la Vie. Il est la Vérité.

* 5 Car C’est en Elle que le Verbe s’est fait chair pour nous pardonner et nous combler…       
Car c’est en Elle que le Verbe s’est fait chair pour nous ouvrir le Ciel et pour l’Éternité ! 

 

Triple action de grâce pour le Triduum traditionnel des 27-28-29 novembre de la famille vincentienne : 

Le 27 novembre : jour mensuel de la Médaille et premier jour du Triduum du 27-28-29 novembre. 

Pourquoi le 27 novembre 1830 ? C’est la date anniversaire de la mort de Clovis, le 27 novembre 511, qui avait été baptisé avec la France à Noël 496 à Reims. La Vierge avait annoncé dès le 19 juillet que le trône de France de Charles X (héritier de la tribu de Juda) serait renversé… Elle vient donc, comme la « Femme » de la Genèse (Gn 3, 15) et comme la Reine « couronnée des 12 étoiles » (Ap 12) manifester sa protection à la France. Notons que le royaume de Belgique, sur la terre duquel Clovis est né (à Tournai), naît justement en 1830. Ce royaume nous vaudra le roi Baudoin (grand défenseur de la vie en voie de béatification) par qui nous pouvons prier Dieu avec saint Louis, roi de France et modèle des chefs d’État… 

Notons que la médiation de Marie figure aussi dans le « secret » que Monsieur Vincent aurait remis avant de mourir à la famille d’Argenson : Dieu ayant fait connaître à saint Vincent de Paul « les maux qui devaient pleuvoir sur notre malheureuse patrie, à cause de l’incrédulité et du libertinage » aurait préconisé la nécessité de « s’adresser à Marie comme à celle qui fut seule capable d’apaiser la colère de son Fils, d’en obtenir la conservation de la foi, la fin des fléaux et le retour de la Miséricorde ». Cette prédiction présumée est rattachée au vœu de Louis XIII et à ses relations avec M. Vincent (cf. Catherine Labouré et la Médaille Miraculeuse, R. Laurentin et P. Roche, p. 16).

Fêtons Catherine le 28 ! Serait-elle la « première des saintes, apôtres des derniers temps, éduquée par la Vierge » ?

Relisons ensemble à ce propos la prophétie de saint Louis-Marie Grignion de Montfort (1673-1716) dans son Traité de la Vraie Dévotion à la Vierge Marie :  

« Marie a produit, avec le Saint Esprit, la plus grande chose qui ait été et qui sera jamais, qui est un Dieu-Homme, et elle produira conséquemment les plus grandes choses qui seront dans les derniers temps. La formation et l’éducation des grands saints, qui seront sur la fin du monde, lui sont réservées ; car il n’y a que cette Vierge singulière et miraculeuse qui peut produire en union du Saint Esprit, les choses singulières et extraordinaires (p. 23). J’ai dit que cela arriverait particulièrement à la fin du monde, et bientôt, parce que le Très-Haut avec sa Sainte Mère doivent se former de grands saints, qui surpasseront en sainteté la plupart des autres saints, comme les cèdres du Liban surpassent les petits arbrisseaux… Ces grandes âmes, pleine de grâce et de zèle, seront choisies pour s’opposer aux ennemis de Dieu, qui frémiront de tous côtés, et elles seront singulièrement dévotes à la Sainte Vierge, éclairées par sa lumière, nourries de son lait, conduites par son esprit, soutenues par son bras et gardées sous sa protection ; en sorte qu’elles combattront d’une main et édifieront de l’autre : d’une main elles combattront, renverseront, écraseront les hérétiques avec leurs hérésies, les schismatiques avec leurs schismes, les idolâtres avec leurs idolâtries, et les pécheurs avec leurs impiétés ; et de l’autre main, elles édifieront le Temple du vrai Salomon et la mystique Cité de Dieu, c’est-à-dire la Très Sainte Vierge, appelée par les Saints Pères le Temple de Salomon et la Cité de Dieu. Ils porteront tout le monde par leurs paroles et leurs exemples à sa véritable dévotion ; ce qui leur attirera beaucoup d’ennemis, mais aussi beaucoup de victoires et de gloire pour Dieu seul… Mais qui seront ces serviteurs, esclaves et Enfants de Marie ? Ce seront des apôtres véritables des derniers temps.

Fêtons le 29, cette Famille des « Filles de la Charité » fondée le 29 novembre 1633 par saint Vincent de Paul et sainte Louise de Marillac et dont la Vierge a dit à Catherine le 19 juillet 1830 : 

« ….Mon enfant, j’aime à répandre les grâces sur la Communauté en particulier. Je l’aime beaucoup, heureusement. (…) La protection de Dieu est toujours là d’une manière toute particulière et saint Vincent protégera la Communauté. Mais je serai moi-même avec vous. J’ai toujours veillé sur vous. Je vous accorderai beaucoup de grâces. (…) »

 

Testament spirituel de sainte Louise de Marillac : 

« Mes chères Sœurs, je continue de demander à Dieu pour vous sa bénédiction et le prie qu’il vous fasse la grâce de persévérer en votre vocation pour le servir en la manière qu’il demande de vous. Ayez bien soin du service des pauvres, et surtout de bien vivre ensemble dans une grande union et cordialité, vous aimant les unes les autres, pour imiter l’union et la vie de notre Seigneur. Priez bien la Sainte Vierge qu’elle soit votre unique Mère » (extrait de son testament du 15 décembre 1645).  

 

Rester informé

Recevoir la newsletter de l'association

Recevoir le magazine Ave Maria