Immaculée, notre mère spirituelle (Paul VI)

Immaculée, notre mère spirituelle (Paul VI)

A la clôture du concile Vatican II, en 1965 :

« Alors que nous clôturons le concile œcuménique que nous honorons Très Vierge Marie, Mère du Christ, et, par conséquent, comme nous l'avons dit la dernière fois, la Mère de Dieu et notre Mère spirituelle. Mère très , nous disons Immaculée! C'est-à-dire innocente, splendide, parfaite, c'est la femme, la vraie femme idéale et réelle, la créature en laquelle l'image de Dieu se reflète avec une clarté absolue, sans aucune perturbation comme c'est le cas dans les êtres humains.
N'est-ce pas notre regard sur cette femme qui est tout à la fois notre humble sœur et notre céleste Mère et Reine, le miroir sans tache et sacré de l'infini, qui peut clôturer l'ascension spirituelle du concile et cette salutation finale ? Et qui peut inaugurer notre travail post-conciliaire ? La beauté de Marie Immaculée ne devient-elle pas un modèle d'inspiration pour nous ? Une espérance réconfortante? » »

(Extrait de l'homélie du Pape Paul VI, 8 Décembre, 1965)

En 1968, dans sa catéchèse sur le Credo :

"Nous croyons que Marie est la Mère demeurée toujours vierge du Verbe incarné, notre Dieu et Sauveur Jésus-Christ (9), et qu'en raison de cette élection singulière elle a été, en considération des mérites de son Fils, rachetée d'une manière plus éminente (10), préservée de toute souillure du péché originel (11) et comblée du don de la grâce plus que toutes les autres créatures (12).

Associée par un lien étroit et indissoluble aux mystères de l'Incarnation et de la Rédemption (13), la Très Vierge, l'Immaculée, a été, au terme de sa vie terrestre, élevée en corps et en âme à la gloire céleste (14) et configurée à son Fils ressuscité en anticipation du sort futur de tous les justes ; et Nous croyons que la Très Mère de Dieu, nouvelle Eve, Mère de l'Eglise (15), continue au ciel son rôle maternel à l'égard des membres du Christ, en coopérant à la naissance et au développement de la vie divine dans les âmes des rachetés" (16).

(Extrait de la Profession de Foi du Pape Paul VI - le 30 juin 1968)


(9) Cf. concile d’Ephèse (DS 251-252).

(10) Cf. concile Vatican II, constitution Lumen Gentium, n° 53 (AAS, LVII, 1965, p. 58-59).

(11) Cf. Pie IX, bulle Ineffabilis Deus, Acta, pars I, vol. I, p. 616.

(12) Cf. concile Vatican II, constitution Lumen Gentium, n° 53 (AAS, LVII, 1965, p. 58-59).

(13) Cf. concile Vatican II, constitution Lumen Gentium, n° 53, 58, 61 (AAS, LVII, 1965, p. 58-59, 61-62, 63).

(14) Cf. Pie XII, constitution Munificentissimus Deus (AAS, XLII, 1950, p. 770).

(15) Cf. concile Vatican II, constitution Lumen Gentium, n° 53, 56, 61, 63 (AAS LVII, 1965, p. 58-59, 60-61, 63,64) ; Paul VI, Discours pour la clôture de la troisième session du Concile, 21 novembre 1964 (AAS, LVI, 1964, p. 10.

(16) Exhortation apostolique Signum magnum, 13 mai 1967 (AAS, LIX, 1967, p. 465 et 467).