La crainte de Dieu dans la tradition juive


 

La Vierge Marie est née juive. Pour comprendre sa prière du Magnificat, et en particulier le verset central, « Et sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. » (Lc, 1, 50), Abraham Joshua Heschel, rabbin Massorti, théologien et penseur juif américain, nous  expose dans on ouvrage ce qu’est la crainte religieuse dans la tradition juive.

 

***

 

Le Magnificat

« Et sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. »(Lc, 1, 50)

 La crainte n’est pas la peur, mais l’intuition de la dignité de toutes choses ; c’est le commencement de la foi ; c’est le remède à la cruauté humaine.

La crainte , une relation au mystère

La crainte de Dieu est une manière de se mettre en relation avec le mystère de toute réalité.

La crainte que nous éprouvons (ou devrions éprouver) quand nous sommes placés en présence d’un être humain, est l’intuition momentanée d’une « similitude à Dieu » qui se dissimule dans l’homme.

Et il ne s’agit pas seulement de l’homme ; les choses inanimées elles aussi sont reliées à leur Créateur. Le secret de chaque être est dans l’attention et l’intérêt que Dieu lui porte. Par là chaque événement met en jeu le Sacré.

La crainte est l’intuition de la dignité de toutes choses en tant que créatures, une intuition du fait qu’elles sont forcément précieuses à Dieu. […]

La crainte est l’acquisition d’intuitions que le monde nous tient en réserve.

La crainte, une relation privilégiée

La crainte, à l’inverse de la peur, ne nous inspire aucune répulsion pour l’objet qui l’a suscitée, mais au contraire nous rapproche de lui.

Ainsi entendue, la crainte cesse de paraître incompatible avec l’amour et la joie.

En un sens la crainte est l’antithèse de la peur.

Penser « le Seigneur est ma lumière et mon salut » c’est penser en même temps « de qui pourrai-je avoir peur ? » (Psaume 27,11.)

La crainte, un chemin vers la foi

La crainte précède la foi ; elle se situe à la racine de la foi.

Nous devons grandir en crainte pour pouvoir atteindre la foi.

Plus que la foi, la crainte est l’attitude cardinale du Juif religieux.

Elle est le commencement et le vestibule de la foi, le premier précepte de tout, et c’est sur elle que le monde a été établi (Shabbat 31 b.)

La pensée de Dieu commence lorsque nous ne savons plus comment nous émerveiller, comment nous effrayer, comment ressentir la crainte, car l’émerveillement n’est pas un état de jouissance esthétique.

L’émerveillement infini est une tension infinie, une situation dans laquelle nous sommes ébranlés par le sentiment que notre crainte est inadaptée et notre émoi trop faible.

C’est aussi l’état d’ « être interrogé » sur la question ultime. […]

La crainte de Dieu, un apaisement salutaire

Malgré notre orgueil, malgré notre désir de richesses, nous prenons conscience du fait que quelque chose nous est demandé ; que l’on nous demande d’admirer, de révéler, de penser et de vivre d’une manière compatible avec la grandeur et le mystère de la vie. […]

Les réformes sociales, pensait-on, guériraient tous les maux et élimineraient le mal de notre monde ! Mais nous avons finalement découvert ce que les prophètes et les saints n’ont jamais ignoré : le pain et le pouvoir ne suffiront pas à sauver l’humanité.

Il existe une passion et un penchant pour la cruauté – que seuls la crainte et l’effroi de Dieu peuvent apaiser ; il existe dans l’homme un égoïsme étouffant, que seule la sainteté peut réduire.

 

Source :

-Abraham Heschel. Dieu en quête de l’homme : philosophie du judaïsme. Paris : Seuil, 1968, p. 84-88. 124. 183. (Extraits recueillis par F. Breynaert).

 

 

 

***

Pour en savoir plus

 

-sur la crainte de Dieu et l’abaissement de Jésus et Marie, dans l’Encyclopédie mariale

-sur la crainte de Dieu selon les Pères de l'Église, dans l’Encyclopédie mariale

r le Magnificat en musique, dans l’Encyclopédie mariale

-sur le Magnificat dans la Tradition de l'Église, dans l’Encyclopédie mariale

-sur le Magnificat (Lc, 1,46-55), dans l’Encyclopédie mariale-su