St Antoine de Padoue, Docteur évangélique (1195-1231)


Celui qu’on appelle st Antoine de Padoue (1195-1231), pour le différencier notamment de st Antoine le Grand, est un prêtre franciscain, né à Lisbonne au Portugal et mort à Padoue. Grand prédicateur et thaumaturge, il fut canonisé un an après sa mort, en 1232, par le pape Grégoire IX, qui l’admirait beaucoup, le surnommant « Trésor vivant de la Bible ». Contemporain et disciple de st François d’Assise et grand prédicateur, notamment contre l’hérésie cathare, il fut déclaré « Docteur évangélique » de l’Église en 1946, par le pape Pie XII. On le fête le 13 juin. Il est le patron des marins et des prisonniers, et on l’invoque également pour retrouver les objets perdus, à cause d’un manuscrit dérobé qu’il retrouva.

***

Saint Antoine de Padoue est né à Lisbonne en 1195. De famille noble et militaire, il entre à 15 ans chez les chanoines réguliers de saint Augustin, à Saint Vincent de Lisbonne. En 1219, il est ordonné prêtre au monastère de Croix de Coimbra, le centre le plus important de la vie religieuse et des études théologiques au Portugal, à l' époque, ce qui lui garantit une compétence extraordinaire dans les disciplines théologiques et bibliques.

Il a 25 ans en janvier 1220 et voici que l'on apporte au couvent de Coimbra les restes des premiers martyrs franciscains massacrés à Marrakech (Royaume du Maroc). À ce spectacle Antoine se sent enflammé du désir du martyre et demande à entrer immédiatement dans l’ordre de Saint François à condition d’être envoyé chez les musulmans d’Afrique. Dès l’automne 1220, il part pour le Maroc, mais il tombe malade durant l’hiver et revient en Italie.

À l'occasion de la Pentecôte 1221 il se rend à la Portioncule et rencontre le Petit Pauvre d'Assise (saint François) « qui voulait suivre la vie et la pauvreté de notre très haut Seigneur Jésus Christ et de sa sienne très Mère et persévérer en elle jusqu'à la fin »[1].

Il se met à la suite de saint François et est envoyé en Romagne où il se consacre pendant un certain temps à la pratique de la pénitence et de l'ascétisme.

Un grand prédicateur

Par la suite il exerce avec un grand succès le ministère de la prédication en particulier à Padoue en Italie. Personnalité extraordinairement charismatique, Antoine de Padoue est connu comme grand thaumaturge, capable d'obtenir de Dieu des secours miraculeux en tous genres pour ceux qui recourent à son intervention. Pour illustrer ce talent de prédication, et dans l’esprit du Sermon aux oiseaux de st François d’Assise, le jésuite portugais Antonio Vieira (1608-1697) écrivit un Sermon aux poissons, situant saint Antoine de Padoue dans la ville de Rimini, alors qu’il était devenu provincial des Franciscains d’Italie du Nord, en 1227.

Le sermon raconte qu’ alors qu’il ne rencontrait qu’hostilité et cœurs endurcis, saint Antoine décida, mû par une soudaine inspiration, de prêcher aux poissons, leur disant : « Écoutez la parole de Dieu, vous, poissons de la mer et du fleuve, puisque les infidèles hérétiques dédaignent de l’entendre. » C’est alors que les poissons s’assemblèrent en très grand nombre et sortirent la tête de l’eau pour mieux l’écouter. Il les exhorta alors à rendre grâce à leur Créateur, et, reprenant l’histoire de la Bible, leur enseigna ce qui les concernait. À la vue de ce miracle, la foule accourut, et, voyant un miracle si merveilleux et manifeste, tous furent émus dans leur cœur et se jetèrent aux pieds de saint Antoine pour entendre sa parole. Ce récit a beaucoup inspiré les artistes.

Saint Antoine fut un homme de doctrine profonde (centrée sur le mystère de l'Incarnation), qu'il sut expliquer de manière claire au peuple, et pour laquelle il fut proclamé docteur de l'Église par le pape Pie XII.

Les Sermons de st Antoine

Deux œuvres sont attribuées à saint Antoine de Padoue : l’‘Opus Dominicale’ et l’‘Opus Festivale’, qui contiennent respectivement ses sermons pour le dimanche et pour les jours de fêtes.

Les Sermones (sermons) de st Antoine sont renommés pour leur qualité à la fois littéraire et théologique. Pleins d’érudition, ils contiennent des milliers de citations de l’Écriture, des Pères de l’Église et des théologiens, mais aussi des philosophes (notamment Aristote) et de poètes et grammairiens non chrétiens (par exemple Caius Julius Solinus, dit Solin en français).

Écrits à l’occasion des fêtes liturgiques, ils constituent un véritable trésor d’enseignement pour la vie chrétienne.

C’est à ce titre que saint Antoine de Padoue a reçu le titre de « Doctor Evangelicus » et qu’il a été proclamé docteur de l’Église par Pie XII.

Parmi tous ces Sermons, ceux qui sont consacrés à la Vierge Marie ont été écrits à l’occasion de la fête de la Nativité de la Vierge Marie, de l’Annonciation, de la Présentation au temple (Purification de la Vierge Marie) et de l’Assomption.

L’exaltation de la figure de la Vierge Marie

Ces sermons marials reflètent la pensée de saint Antoine de Padoue sur la Vierge Marie: bien avant la proclamation officielle du dogme de l’Immaculée Conception- qui n’a eu lieu qu’en 1854- saint Antoine de Padoue était déjà persuadé de la sainteté de Marie Immaculée de la Vierge Marie, et cette si remarquable intuition fut transmise au bienheureux théologien franciscain Jean Duns Scot (1266-1308), qui lui permit de faire évoluer la pensée mariale sur ce point. Saint Antoine de Padoue est d’ailleurs cité dans la constitution apostolique ‘Ineffabilis Deus’ de Pie IX, dans laquelle le Pape proclama le dogme de l’Immaculée Conception.

Saint Antoine était également persuadé de la Virginité perpétuelle de la Vierge Marie, de sa Maternité divine et de son Assomption. Saint Antoine de Padoue était donc un grand dévot de la Vierge Marie, et l’a exaltée par toutes sortes de métaphores, tirées de la Bible : l’association de la Vierge Marie avec le soleil, l’arc-en-ciel, le cyprès, etc.

Tout ce qu'il a prêché à propos de la Vierge est le fruit d'un cœur débordant d'amour, de dévouement et d'admiration.

Saint Antoine de Padoue est mort d’épuisement le 13 Juin 1231, dans sa 36ème année. Il fut canonisé par le pape Grégoire IX le 30 mai 1232, et proclamé Docteur de l’Église avec le titre de "Docteur évangélique" en 1946, par le pape Pie XII.


[1] Francesco, ultimas voluntas sanctae Clarae scripta, 1

***

Pour en savoir plus

- Sur la Vierge Marie comparée au soleil (splendeur, blancheur et chaleur), dans l’Encyclopédie mariale

- Sur la grandeur de la maternité de Marie, dans l’Encyclopédie mariale

- Sur l’humilité de la Vierge Marie à l’Annonciation, dans l’Encyclopédie mariale

- sur la Vierge et l’abeille, dans l’Encyclopédie mariale

- Sur la Vierge Marie et l’arc-en-ciel, dans l’Encyclopédie mariale

- Sur la Vierge Marie, Vase d'or (St Antoine de Padoue), dans l’Encyclopédie mariale

- Sur Marie trône de gloire (allégorie du cyprès), dans l’Encyclopédie mariale

- Sur le diadème royal de la Vierge Marie, dans l’Encyclopédie mariale

F. Breynaert, Don Stefano Cecchin et l’équipe de MDN.