Marie qui défait les noeuds (St Irénée)


Marie défait les nœuds… Cette vérité spirituelle a été comprise par un père de l'Église primitive, disciple de st Polycarpe de Smyrne, lui-même disciple de l'évangéliste saint Jean : le grand saint Irénée, docteur de l’Église.

***

Marie défait les nœuds, Marie "cause du salut"

Marie, en accueillant le Salut, est définie "cause de salut" pour ceux à qui Ève avait causé la mort. Marie sait ainsi défaire les nœuds de la désobéissance et de la mort. Voici ce qu’en dit st Irénée, docteur de l’Église :

« Car, de même qu’Ève, ayant pour époux Adam, et cependant encore vierge – car ils étaient nus tous les deux dans le paradis et n’en avaient point honte (Gn 2,25), parce que, créés peu auparavant, ils n’avaient pas de notion de la procréation : il leur fallait d’abord grandir, et seulement ensuite se multiplier (Gn 1,28) –

de même qu’Ève, en désobéissant, devint cause de mort pour elle-même et pour tout le genre humain, de même Marie, ayant pour époux celui qui lui avait été destiné par avance, et cependant Vierge, devint, en obéissant, cause de salut (cf. He 5,9) pour elle-même et pour tout le genre humain.

C’est pour cette raison que la Loi donne à celle qui est fiancée à un homme, bien qu’elle soit encore vierge, le nom d’épouse de celui qui l’a prise pour fiancée (Dt 22,23-24), signifiant de la sorte le retournement qui s’opère de Marie à Ève.

Car ce qui a été lié ne peut être délié que si l’on refait en sens inverse les boucles du nœud. »

                                                                      Saint Irénée, Contre les hérésies, III,22,4

Ce grand texte de saint Irénée s'explique

- dans sa théologie de l'histoire...

- dans la façon dont Marie est nécessaire et décisive dans le projet salvateur de Dieu...

-il met en relief l’enchaînement des nœuds.

C’est ainsi que ce premier grand théologien pose la notion de l' « économie du salut », avec les figures du Christ « Nouvel Adam » et de la Sainte Vierge, « Nouvelle Ève », dénouant le nœud formé par Adam et Ève sur le ruban de l’histoire de l’humanité.

Marie qui défait les nœuds : une dévotion

En mettant en évidence l'impact social et les effets universels de l'adhésion de la Vierge au projet salvateur de Dieu, cette typologie "Ève-Marie" contribue au développement du culte d'invocation.

Lecture théologique du tableau de Marie qui défait les nœuds

Cette vérité théologique est représentée dans le tableau, qui identifie clairement le serpent, plein de nœuds, auteur du mal, avec les nœuds formés sur le ruban, que la Vierge (identifiée clairement comme la femme de l’Apocalypse) dénoue en l’écrasant du pied, conformément au texte de la Genèse.

***

Pour en savoir plus

-Sur st Irénée, dans l’Encyclopédie mariale

-sur une lecture théologique du tableau de Marie qui défait les nœuds, dans l’Encyclopédie mariale 

L'équipe de MDN.