Le haut Moyen-Age - la littérature et Marie

Après l'exemple de saint Ephrem, la littérature poétique se développe de plus en plus en ces prémices du Moyen âge pour chanter et louer Marie : un saint évêque gaulois, Venance Fortunat, le latin Aurelius Clemens ou le judéo-grec Romanos de Mélode sont de véritables poètes de la Vierge...

On fait remonter aussi à cette période le genre des hymnes acathistes (destinées à être chantées debout), dont l'Hymne Acathiste à la Vierge Marie, célèbre depuis le VI° siècle dans tout l'Orient et redécouverte de plus en plus dans les chants du renouveau liturgique occidental, depuis la fin du XX° siècle.