Thérèse de L. : la tendresse mariale, modèle pour les prêtres


C'est au cours du pèlerinage à Rome que Thérèse a effectué en 1887, parmi lesquels il y avait de nombreux prêtres, que Thérèse prend conscience de la nécessité de prier pour eux.

***

Elle écrit :

 

"La seconde expérience que j'ai faite regarde les prêtres. Jusque-là, je ne pouvais comprendre le but principal de la réforme du Carmel ; prier pour les pécheurs me ravissait, mais prier pour les prêtres dont les âmes me semblaient plus pures que le cristal, cela me paraissait étonnant ! Ah ! J'ai compris ma vocation en Italie. Ce n'était pas aller chercher trop loin une aussi utile connaissance. Pendant un mois, j'ai rencontré beaucoup de saints prêtres ; et j'ai vu que, si leur sublime dignité les élève au-dessus des Anges, ils n'en sont pas moins des hommes faibles et fragiles. Donc, si de saints prêtres, que Jésus appelle dans l'Evangile : le sel de la terre, montrent qu'ils ont besoin de prières, que faut-il penser de ceux qui sont tièdes? Jésus n'a-t-il pas dit encore : « Si le sel vient à s'affadir, avec quoi l’assaisonnera-t-on? »
O ma Mère, qu'elle est belle notre vocation ! C'est à nous, c'est au Carmel de conserver le sel de la terre ! Nous offrons nos prières et nos sacrifices pour les apôtres du Seigneur; nous devons être nous-mêmes leurs apôtres, tandis que, par leurs paroles et leurs exemples, ils évangélisent les âmes de nos frères. Quelle noble mission est la nôtre! Mais je dois en rester là, je sens que, sur ce sujet, ma plume ne s'arrêterait jamais..." [1]

La tendresse mariale, modèle pour les prêtres

Thérèse de Lisieux écrivait à Céline :

"Il faut que cette année nous fassions beaucoup de prêtres qui sachent aimer Jésus!... qu'ils le touchent avec la même délicatesse avec laquelle Marie le touchait dans son berceau" [2].

C'est exactement ce qu'elle demande à Marie pour un futur prêtre, le séminariste Maurice Bellière, son premier frère spirituel:

"Daigne lui enseigner déjà avec quel amour tu touchais le divin enfant Jésus et tu l'enveloppais de langes, pour qu'il puisse un jour monter au saint autel et tenir dans ses mains le Roi des cieux. Je te demande encore de le garder toujours à l'ombre de ton manteau virginal" [3]

 


[1] Ms A 56r°

[2] Lettre 101

[3] Prière 8

 

 

***

Pour en savoir plus

-sur ste Thérèse de Lisieux (1873-1897), Docteur de l’Église, dans l’Encyclopédie mariale

-sur la vie spirituelle carmélitaine, dans l’Encyclopédie mariale

-sur LG 65 : Les vertus de Marie, modèle pour l'Église, dans l’Encyclopédie mariale

L’équipe de MDN.