Nb 17, 16-24 : Le bâton d'Aaron (Fulbert de Chartres + 1028)

Marie et le bâton d'Aaron (Fulbert de Chartres)

Fulbert de Chartres voit une image prophétique de Marie dans la verge d'Aaron avec laquelle Moïse opéra de nombreux prodiges au milieu du peuple d’Israël (cf. Nb 17, 6-24) :

"Comme cette verge fit mûrir des amandes sans avoir ni racines ni quelque autre ressource naturelle ou artificielle, la Vierge Marie a ainsi engendré le Fils de Dieu sans rapport conjugal ; sans aucun doute un Fils germe avec fleur et avec fruit : avec fleur pour la beauté, avec fruit pour l'utilité". [1]

Pour mieux comprendre le symbolisme de la verge d'Aaron, l'auteur recourt aux oracles du prophète Isaïe :

"Les fils d’Israël se demandaient ce que signifiait ce prodige merveilleux, [le prodige de la verge d'Aaron] mais ce n’est que longtemps après que le prophète Isaïe le leur dévoila lorsqu'il dit : "Une pousse germera du tronc de Jesse ; un rejeton fleurira de ses racines" (Is 11,1). Et comme si à ces mots ses auditeurs lui disaient : O père Isaïe, tu parles un langage obscur, de grâce exprimes-toi plus clairement, alors il parla ouvertement et il dit : "Voilà, la Vierge concevra et enfantera un Fils et on l’appellera Emmanuel"(Is 7, 14)" [2].


[1] Fulbert de Chartres Sermo IV in Nativitate B.V.M., PL 141, 321 C

[2] Sermo IV in Nativitate B.V.M., PL 141, 321 B

Fulbert de Chartres

JE PARTICIPE !