Ô Sanctissima


O Sanctissima est une hymne mariale, qui n’a jamais fait partie des chants officiels du rite romain, mais qui est souvent chantée à Noël. Cette prière de supplication est également un bel éloge de la Vierge Marie. Composée à l’origine d’une seule strophe, elle s’est enrichie au fil du temps.

***

Un bel éloge de la Vierge Marie

La prière O Sanctissima est composée de quatre quatrains. Les deux premiers font l’éloge de la Vierge Marie, la qualifiant de superlatifs tels que « Sanctissima » (très sainte), « Piissima » (très pieuse) et faisant l‘éloge de sa douceur et de sa beauté (Tota pulchra es). L’allusion à la sainteté de Marie est suggérée par l’image biblique (Cantique des cantiques, Ct 2,2) du Lys entre les épines, et la conception immaculée de Marie (« la faute originelle n’est pas en toi ») est réaffirmée. Le dernier vers de chaque quatrain demande avec insistance, sous une forme litanique, la prière de Marie pour nous, et le dernier quatrain se termine par une prière insistante, pour demander la prière de la Vierge Marie au moment de notre mort, que l’on retrouve dans la prière du Je vous salue Marie.


O Sanctissima, ô Piissima

Dulcis Virgo Maria
Mater amata intemerata
Ora ora pro nobis.


Tota pulchra es O Maria
Et macula non est in te
Mater amata intemerata
Ora ora pro nobis.

Sicut lilium inter spinas
Sic Maria inter filias
Mater amata intemerata
Ora ora pro nobis.

In miseria in angustia
Ora Virgo pro nobis
Pro nobis ora in mortis hora
Ora ora pro nobis.

Ô Très Sainte, Ô Très Pieuse

Douce Vierge Marie

Mère bien aimée sans tache
Priez, priez pour nous.


[strophes ajoutées]


Tu es toute belle, ô Marie
Et la faute originelle n'est point en toi
Mère bien aimée sans tache
Priez, priez pour nous.

Comme un Lis au milieu des épines
Telle est Marie parmi les jeunes filles
Mère ayant été aimée sans tache
Priez, priez pour nous.

Dans la misère et dans l’angoisse
Priez Vierge, pour nous
Pour nous priez à l'heure de notre mort
Priez, priez pour nous.
L'hymne O Sanctissima


Histoire liturgique et postérité musicale

L'origine de l'hymne O sanctissima reste encore inconnue.

La publication de la mélodie apparut, pour la première fois, en 1792.

Elle n’a jamais fait partie des chants officiels du rite romain, mais elle est souvent chantée à Noël. Des compositeurs tels que L.van Beethoven et A. Dvořák créèrent une version de l’ O sanctissima, Charles Gounod en fit un arrangement à quatre voix, a capella, et des compositeurs contemporains en ont créé d’autres versions (on peut citer Paul Mealor et son hymne pour chœur à 4 voix a cappella), en 2009.

***

Pour en savoir plus

-pour entendre une version de l'hymne " Ô Sanctissima", en ligne

L’équipe de MDN.