Marie à l'Assomption (St Ephrem †373)


Les Églises syro-occidentales et syro-orientales célèbrent la fête du "Shunoyo" : l'Assomption, la Dormition et la migration de Marie. C'est "la grande Solennité", ou la "fête divine". On s'y prépare par un jeûne (5 jours chez les Nestoriens) et on y chante l’hymne de st Ephrem de Nisibe sur l’Assomption de la Vierge Marie.

***

L’hymne de st Ephrem de Nisibe (†373)

Voici un extrait de l’hymne sur l’Assomption (hymnes à Marie pour la liturgie des heures, n° 16) composé par st Ephrem de Nisibe :

« Le corps de Marie est resté vierge après l’enfantement, ce corps ne connaît pas la corruption après la mort.

Elle est celle qui a porté le Créateur devenu enfant dans son sein, qu’elle habite désormais dans les demeures divines, et que l’épouse de Dieu entre dans la maison du ciel.

Elle a vu son propre fils en croix, et reçu dans son corps la douleur qu’elle n’a pas soufferte durant l’enfantement. Elle le contemple siégeant à la droite du Père, et elle ne connaît pas la corruption après la mort. […]

Qu’elle soit honorée par toutes les créatures comme la mère et la servante de Dieu. »

Source :

Fra Nerwan Al Banna, ofm.

***

Pour en savoir plus

-sur st Ephrem de Nisibe, dans l’Encyclopédie mariale

-sur l’Assomption dans les liturgies, dans l’Encyclopédie mariale

-sur le dogme de l’Assomption défini par l’Église, dans l’Encyclopédie mariale