Les grandes prières mariales


Lorsqu’on évoque les prières mariales, on parle des prières adressées à la Vierge Marie, qui sont très nombreuses, peuvent prendre plusieurs formes et s’inscrire dans différents cadres (privés ou public). La Vierge Marie a elle-même passé sa vie dans la prière, et les évangiles nous révèlent la façon dont Elle priait : Elle est un véritable modèle pour nous.

***

La Vierge Marie, l’Orante  par excellence

« Qu’ils prient ! Je leur en montre l’exemple ! » Dit la Vierge Marie à Estelle Faguette, lors des apparitions de Pellevoisin[1] en 1876.

Marie est un modèle de prière : les évangiles nous rapportent à plusieurs reprises son attitude : st Luc en particulier, lors de l’épisode de l’Adoration des bergers[2] et dans celui du recouvrement de Jésus au Temple, nous montre l’attitude de Marie face au mystère : ce qu’elle ne comprend pas, Elle le garde en son cœur et le médite. Lors de l’épisode de la Visitation, Elle prononce le fameux cantique d’action de grâces du Magnificat[3], à propos duquel saint Louis-Marie Grignion de Montfort cite le commentaires de Jean Gerson (XVès) :

« La Très sainte Vierge Marie le récitait souvent elle-même, et particulièrement après la Sainte communion, pour action de grâces.[4]

 D’autre part, lors de l’épisode des Noces de Cana[5], la Vierge Marie nous donne également un exemple de sa prière : ayant remarqué le manque de vin, Elle dit simplement : « Ils n’ont plus de vin», puis : « Faites ce qu’il vous dira ».

Enfin, la Vierge Marie prie avec l’Église : dans les Actes des Apôtres, on parle ainsi d’Elle :« Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus, et avec ses frères.[6] »

La Vierge Marie est donc à la fois un modèle et une Avocate. Le pape Pie VII, qui a institué la fête de Notre-Dame Auxiliatrice, fixée au 24 mai, écrivait dans l’une de ses Lettres apostoliques :

« Les prières des autres habitants du ciel font appel, il est vrai, à la bienveillance divine ; celles de Marie reposent en plus sur un don maternel : c’est pourquoi, s’approchant du trône de Son divin Fils, comme Avocate Elle demande, comme Servante Elle prie, et comme Mère Elle commande ».[7]

Les prières mariales

Il existe de très nombreuses prières mariales. Elles peuvent être adaptées à des invocations spécifiques de la Vierge Marie (par exemple Notre-Dame de Bon-Secours, ou plus récemment Marie qui défait les nœuds), à des circonstances particulières, à des catégories de personnes, etc.

Mais la première et la plus universelle de toutes les prières à Marie est celle que l'Ange Gabriel prononça à l'heure de l'Annonciation, "Je vous salue Marie pleine de grâces, le Seigneur est avec vous"...(Lc 1, 28). Cette salutation angélique forme la première partie de l'Ave Maria, ou « Je vous salue Marie ». Cette prière a été composée en plusieurs étapes[8], et a été mise en musique par de nombreux compositeurs.

Le Je vous salue Marie est la matrice d’une prière mariale composée de cinq dizaines d’Ave : le chapelet.

Le chapelet lui-même s’est étendu au Rosaire, sous l’impulsion des Dominicains, entre le XIIIè et le XVès: il comprenait autrefois trois chapelets, correspondant à trois séries de mystères : mystères joyeux de l’enfance du Christ, mystères douloureux de la Passion du Christ, et mystères glorieux, de la résurrection du Christ à son Ascension, jusqu'au Couronnement de Marie. Le pape Jean-Paul II a ajouté en 2002 à ces trois séries de mystères une quatrième série: celle des mystères lumineux.

La prière du Rosaire est certainement la plus répandue des prières de dévotion populaire, avec celle de l'Angelus , dont certains font remonter l'origine à saint François d'Assise, au XIIIè siècle.

Un peu d’histoire

Parmi les plus anciens textes de dévotion à Marie, Le "Sub Tuum praesidium" ("Sous l'abri de Ta miséricorde, nous nous réfugions") est l’un des plus anciens textes de dévotion mariale : on le date du IIIè siècle.

En réalité, la plus ancienne de toutes les prières mariales n'est-elle pas le cantique d'action de grâce que Marie elle-même entonne après l'Annonciation, le Magnificat, qui deviendra après Elle le chant d'action de grâce de tout chrétien ?... "Désormais tous les âges me diront bienheureuse"... (Lc 1, 46-55). Ce cantique est repris dans la liturgie, pendant les Vêpres.

Quant aux prières à Marie chantées, la plus connue est la célèbre "hymne Acathiste", particulièrement usitée dans tout le monde chrétien oriental. Elle date probablement du VIè siècle. Chantées souvent en hymnes ou en antiennes, citons d'autres prières à Marie universellement connues et reprises fréquemment lors de la liturgie des fêtes mariales : le Salve Regina, l'Ave Maris Stella, l'Alma Mater Redemptoris, le Stabat Mater, etc.

Entrons dans le monde des prières mariales…

 


***

Organisation de la section

L’étude commence par une réflexion autour du culte marial dans l’Église, avant de présenter les principales prières mariales, avec quelques illustrations musicales, en commençant par les plus anciennes : le Je sous salue Marie ou Ave Maria, le Magnificat, le Sub Tuum Praesidium, l’Angelus, la fameuse hymne  Acathiste,  généralement attribuée à Romanos le Mélode (VIès), encore chantée solennellement dans l'Église d'Orient, lors du Grand Carême et  d’autres hymnes byzantines mariales. L’étude se poursuit par la présentation du Rosaire et du chapelet et de la façon de le prier, ainsi que des chapelets spécifiques comme celui des Sept Douleurs de Marie  et celui des Sept Joies de Marie. Lors des apparitions, la Vierge Marie demande de prier le chapelet. D’autres prières sont présentées, telles le Memorare ou Souvenez-vous , attribué à st Bernard ainsi que les quatre antiennes mariales qui ponctuent le temps liturgique : Alma Redemptoris Mater, Ave Regina Regina coeli, et Salve Regina. Les hymnes mariales et séquences  Ave maris stella et Stabat Mater  terminent le cycle des prières liturgiques. Dans les prières d’intercession  adressées à la Vierge Marie sous différents vocables, nous présentons les Litanies de Lorette  et autres litanies mariales Une nouvelle dévotion à Marie qui défait les nœudsapparue grâce au pape François, est présentée, ainsi que diverses prières à Marie, composées soit à destination de certains publics ou événements, soit pour exalter certaines vertus de la Vierge Marie, reflétant les spiritualités propres de certains saints grands dévots de la Vierge Marie. Quelques prières à st Joseph sont également présentées, et la section se termine par une réflexion sur les ex-voto, gestes votifs exprimant la reconnaissance d’une grâce obtenue.

 

 

 

F.B. et Équipe de MDN