Marie qui défait les nœuds: une représentation symbolique


Le  tableau si célèbre de Marie qui défait les nœuds, peint par Schmidtner vers 1700, est ancré dans la tradition iconographique mariale. Il utilise plusieurs symboles et offre plusieurs visages de la Vierge Marie.

***

Le tableau de Marie qui défait les nœuds, peint vers 1700 par le peintre baroque Schmidtner,  fait mémoire d’une histoire singulière, puisqu’il a été conçu comme un ex-voto pour remercier d’une grâce matrimoniale reçue par un couple miraculeusement sauvé du divorce. Il prend également une valeur d’exemplum, de modèle pour tout homme traversant une épreuve[1], et c’est sans doute pour cette raison également qu’il touche tous ceux qui le contemplent. L’œuvre est ancrée dans la tradition iconographique mariale, et recèle une dimension théologique tout à fait remarquable.

Une dramaturgie de la lumière

L’opposition entre la partie haute du tableau, baignée de lumière, et la partie basse, plongée dans l’obscurité, oppose clairement deux mondes : l’un, céleste, l’autre, ténébreux et quasi infernal : le monde sans Dieu est un monde privé de lumière

 

   L'opposition entre les deux mondes: le céleste , baigné de lumière

La lumière occupe l’espace supérieur du tableau. Dans une perspective théologique, c’est une Lumière « première et sans commencement »[2], celle du Très-Haut, qui se manifeste en une épiphanie lumineuse. Elle est peinte sous deux formes : celle d’un cercle lumineux, forme géométrique qui symbolise Dieu le Père, sans commencement ni fin, selon la parole de Celui qui s’est défini

comme « Je suis-je suis » (Ex 3, 14). Elle est également peinte comme un principe, une source, qui va descendre, sous la forme d’une nuée lumineuse, en une sorte d’Incarnation.

La colombe qui baigne dans ce cercle lumineux est la manifestation symbolique du Saint- Esprit, troisième personne de la Trinité. L’Esprit Saint est à la fois représenté sous une forme trinitaire, puisqu’Il est lové dans le cercle divin de lumière, mais aussi sous une forme plus « active », puisqu’Il plane au-dessus de la tête de la Vierge Marie et dont Il anime le manteau de Son souffle.

Le ciel est également peuplé de petits anges, qui forment une sorte de cour céleste entourant la Vierge Marie, Reine des Anges.

À ce monde céleste, lumineux, manifesté par l’Esprit Saint, en lequel la couronne de la Vierge Marie brille d’un doux éclat, s’oppose, en bas du tableau, le monde terrestre, sombre et enveloppé de ténèbres.

Le monde terrestre, plongé dans l'obscurité

Les teintes, qui passent du brun très foncé, presque noir, au brun plus clair, le peignent comme un lieu obscur, sans lumière – surtout dans la partie inférieure droite du tableau. Ce monde est plongé dans l’obscurité, privé de sens.

Le chemin offert sur la gauche structure toutefois ce paysage et lui confère une dynamique ascendante, qui indique qu’il est néanmoins possible d’accéder à des réalités plus hautes, de trouver la lumière. La fine lumière à laquelle le chemin aboutit peut donc symboliser l’espérance et comme un ciel inférieur, d’où émerge une ville.

Un ange conduisant un personnage, flanqué d’un chien, indique la route à suivre à celui qu’il guide. Plusieurs interprétations sont possibles pour identifier ces personnages. Certains pensent – à cause du chien qui accompagne le personnage de droite – qu’il s’agit de l’archange Raphaël conduisant Tobie, histoire rapportée dans l’Ancien Testament[3]. D’autres préfèrent interpréter ces deux personnages comme étant Wolfgang Langenmantel lui-même, interprétation conforme à la réalité historique du « miracle conjugal », puisque Wolfgang Langenmantel est allé à pied trouver le père Rem à Ingolstadt pour lui confier ses problèmes conjugaux et lui demander l’aide de sa prière[4]. Le choix de cette interprétation, qui privilégie la réalité historique, permet d’interpréter le personnage angélique qui guide W. Langenmantel, lui indiquant la lumière, comme son ange gardien. Il est même possible d’identifier l’ange comme l’archange Raphaël, sorte de « refiguration » de l’épisode de Tobie adaptée à l’histoire personnelle de Wolfgang Langenmantel.

On peut aussi, plus largement, y voir une représentation allégorique de tout homme ayant perdu le sens de sa vie ou traversant une épreuve. En ce sens, cette représentation est celle de l’homme en marche, de l’Homo viator, qui effectue sur terre tout un parcours qui s’apparente à un voyage, à une expérience spirituelle[5]. Schmidtner présenterait ainsi l’homme guidé par un ange (l'ange gardien?) pour sortir des ténèbres et être mené vers la lumière, mais aussi vers Celle qui va intercéder pour sa guérison auprès de Celui qui peut nous guérir de toute maladie, car le tableau, même s’il est composé en trois parties, forme une unité de sens.

Un lieu d’intercession : La Vierge Marie dénouant les nœuds

La partie principale du tableau, la plus importante, se situe au centre de l’œuvre et en constitue le thème principal. La Vierge Marie et les deux anges qui l’assistent apparaissent en grand format.

La Vierge Marie est représentée sous les traits de la femme de l’Apocalypse[6],

c'est-à-dire comme une femme enceinte, couronnée d’étoiles, avec la Lune sous ses pieds ; elle écrase le serpent, (plein de nœuds, donc clairement identifié comme l‘auteur du mal) sous ses pieds[7]. C’est une représentation classique de la Vierge de l’Apocalypse.

Les couleurs portées par la Vierge Marie incarnent et symbolisent une double dynamique : celle d’un mouvement ascendant (le bleu), qui attire vers le ciel, et celle d’un mouvement descendant (le rouge), force d’amour qui s’incarne dans le monde et le transforme. La Vierge Marie réalise donc en Elle, à travers les couleurs de ce double vêtement, cette double dimension.

La Vierge est active et la scène touchante : deux grands anges l’aident dans cette tâche et offrent au regard une sorte de dynamique symbolique, sensible grâce à la rhétorique de leurs gestes : tandis que l’ange qui se situe à gauche de la Vierge Marie (à notre droite) lui présente le ruban rétréci et complètement noué sur lui-même, l’ange qui est à sa droite et à notre gauche manifeste clairement, en arborant le ruban dénoué, le travail de la Vierge Marie qui, de ses mains fines et agiles, les a dénoués sans effort. Il nous invite ainsi à admirer le prodige et à prier à notre tour Celle qui défait les nœuds.

Cette représentation symbolique permet de lire en ce tableau différents visages de la Vierge Marie : Elle est clairement désignée comme la Femme de l’Apocalypse et l’Immaculée Conception, la Nouvelle Ève, la Fille de Dieu, l’Épouse de l’Esprit Saint et la Mère de Dieu (représentation trinitaire et représentation de la maternité virginale de Marie, Theotokos), la Mère des hommes (médiatrice) et la Reine[8].

Les nœuds

L’inscription de ce tableau dans une tradition iconographique utilisant un langage pictural symbolique et sa portée théologique n’a pas échappé au pape François, et lui a inspiré le désir de mettre cette dévotion à la portée de tous.

Le point le plus original est celui de la signification symbolique du nœud : le théologien et père de l’Église du IIè siècle st Irénée[9] a développé toute une symbolique à partir de la métaphore du nœud : il oppose celle qui a formé le ‘nœud’ de la désobéissance, Ève, à la Vierge Marie, celle qui, par son obéissance, a permis l’Incarnation du Chris et le dénouement de ce nœud.

C’est ainsi que ce premier grand théologien pose la notion de l' « économie du salut », avec les figures du Christ « Nouvel Adam » et de la Sainte Vierge, « Nouvelle Ève », dénouant le nœud formé par Adam et Ève sur le ruban de l’histoire de l’humanité.


***

Pour en savoir plus

- sur les nœuds de notre vie, dans l’encyclopédie mariale

-Comment prier Marie qui défait les nœuds, dans l’encyclopédie mariale

- sur les neuvaines à Marie qui défait les nœuds, dans l’Encyclopédie mariale 

-sur les sessions de retraites en confiance avec Marie qui défait les nœuds de l’Association AVE, voir le site officiel de Marie qui défait les nœuds, en ligne 

- Sur Marie qui défait les nœuds en France, dans l’Encyclopédie mariale

-sur st Irénée et la métaphore du nœud, dans l’Encyclopédie mariale 

-Sur le livret sur Marie qui défait les nœuds, en ligne 

Isabelle Rolland.