L'Ave Maria et le Protévangile de Jacques


Le Protévangile de Jacques (apocryphe du II° siècle) est entièrement dédié à Marie et à sa glorification, en opposition à ceux qui la dénigraient. On peut dire qu’il est le fondement de la première partie de l’Ave Maria.

***

Le Protévangile de Jacques (apocryphe du IIès) et l’Ave Maria

L'auteur du Protévangile de Jacques a eu une vive conscience de la dignité éminente de la Mère de Jésus, un sens de profonde vénération, d'amour fidèle manifestée par une fréquente louange. Marie est en effet constamment l'objet de "bénédictions" et d'amour de la part des prêtres et de tout le peuple. Cette glorification répond à ceux qui dénigraient la Vierge Marie.  L'auteur,  et avec lui ses communautés,  reportent sur le passé ce qu'ils portent dans leur cœur envers la Mère de Jésus.

Après les "bénédictions" du Nouveau Testament (Lc 1, 28.30.42-43.45.48-49; 11, 27), viennent les "bénédictions liturgiques" au sujet de Marie.

L'auteur s'unit au salut de l'ange Gabriel :

"Je vous salue Marie, Pleine de grâce, le Seigneur et avec vous" (Lc 1, 28.30)

Et il met sur sa bouche la bénédiction d'Élisabeth,

"vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni" (Lc 1, 42).

Dès lors, on peut dire que l’'Ave Maria est né.

***

Pour en savoir plus

-sur l’Ave Maria, dans l’Encyclopédie mariale

-sur le Protévangile de Jacques, dans l’Encyclopédie mariale

A. Gila et l’équipe de MDN.