Spiritualité du Rosaire


Le Rosaire est à la fois un « présent du ciel » et un chemin de sainteté.

***

Le Rosaire, « présent du ciel », comme le dit le père de Montfort[1], est d’une immense puissance.

Il est également une façon d’honorer la Trinité, le Christ dans l’histoire du Salut et la Vierge Marie, à travers plusieurs étapes spirituelles, que le pape Jean-Paul II a expliquées dans sa Lettre apostolique sur le Rosaire (Rosarium Virginis Mariae, 2000). Saint Jean-Paul II rappelait d’ailleurs que la pratique du Rosaire permet d’apprendre à prier, d’œuvrer pour la paix, de prier pour nos familles, et de répondre aux demandes réitérées de la Vierge Marie, au cours des différentes apparitions dont elle nous a gratifiées.

La répétition comme principe spirituel

La spiritualité orthodoxe connaît bien la portée répétitive de la prière du cœur, telle qu’elle s’est exprimée dans la philocalie[2]. Le Rosaire utilise cette forme de prière répétitive, si féconde lorsqu’elle n’est pas rabâchée sans y mettre son cœur.

Pour lutter contre le risque d’une prière qui, à force de répétition, peut perdre de sa saveur et devenir mécanique, le Père de Montfort préconise d’insérer les clausules créées par le chartreux Dominique de Prusse au XVès, qui permettent d’enraciner les Ave dans le mystère contemplé[3].

La contemplation des mystères nous fait ainsi peu à peu entrer, dans le Cœur de Marie, pour y vénérer son Fils, à travers tous les événements de l’histoire du salut.

Les "fruits de sainteté" du Rosaire et du chapelet

À chaque mystère correspond un fruit spirituel, que le pape Jean-Paul II nomme « fruit de sainteté ».

Fruits des mystères joyeux

Le fruit du 1er mystère joyeux (l’Annonciation à Marie par l’ange Gabriel et l’Incarnation du Christ (Lc 1.26-38 ; Mt 1.18-25) est l’humilité ; les fruits se succèdent avec le 2e Mystère : La Visitation de Marie à sa cousine Elisabeth (Lc 1.39-55) : la charité fraternelle ; 3e Mystère : La Nativité de Jésus à Bethléem (Mt 2.1-12 ; Lc 2.1-20) : l’esprit de pauvreté ; 4e Mystère : La Présentation de Jésus nouveau-né au Temple (Lc 2.22-38) : la pureté et l’obéissance ; 5e Mystère : Le Recouvrement de l’enfant Jésus au Temple (Lc 2.40-51) : le zèle dans la réponse à l’appel de Dieu.

Fruits des mystères lumineux

1er Mystère : Le Baptême de Jésus au Jourdain (Mt 3.13-17) : l’état de grâce. 2e Mystère : Les noces de Cana (Jn 2.1-12) : la confiance en la volonté de Dieu et en Marie ; 3e Mystère : L’annonce du Royaume de Dieu avec l’invitation à la conversion (Mc 1.15) : la conversion intérieure, la sainteté ; 4e Mystère : La Transfiguration (Lc 9.28-36) : la contemplation ; 5e Mystère : L’institution de l’Eucharistie (Jn 13): la pratique des sacrements.

Fruits des mystères douloureux

1er Mystère : L’Agonie de Jésus au Jardin des Oliviers (Mt 26.36-50 ; Mc 14.32-46 ; Lc 22.39-48 ; Jn 18.1-8) : la contrition (le regret de nos péchés) ; 2e Mystère : La Flagellation de Jésus (Mt 27.26 ; Mc 15.15 ; Jn 19.1) : la mortification de nos sens et de notre corps ; 3e Mystère : Le Couronnement d’épines (Mt 27.27-301 ; Mc 15.16-20 ; Jn 18.37 ; Jn 19.2-15) : la mortification de nos pensées et de notre esprit ; 4e Mystère : Le Portement de Croix (Mt 27.31-33 ; Mc 15.20-22 ; Lc 23.26-32 ; Jn 19.16-17) : la patience dans les épreuves ; 5e Mystère : Le Crucifiement et la mort de Jésus sur la croix (Mt 27.34-61 ; Mc 15.23-47 ; Lc 23.33-56 ; Jn 19.18-42) : un amour plus grand pour Jésus, mort pour nous sauver.

Fruits des mystères glorieux

1er Mystère : La Résurrection de Jésus (Mt 28.1-15 ; Mc 16.1-18 ; Lc 24.1-12 ; Jn 20.1-28) : la foi ; 2e Mystère: L’Ascension de Jésus au ciel (Lc 24.39-53 ; Mc 16.19-20 ; Ac 1.6-9) : l’espérance et le désir du Ciel ; 3e Mystère : L’effusion du Saint Esprit au jour de la Pentecôte (Ac 1.14 – 2.47): la descente du Saint-Esprit dans nos âmes ; 4e Mystère : La Dormition et l’Assomption de Marie au ciel (2 R 2.11 ; Tradition ; LG 59) : la grâce d’une bonne mort ; 5e Mystère : le Couronnement de Marie dans le ciel (Ap 12.1 ; Tradition ; LG 59 et 68) :une plus grande dévotion envers la Vierge Marie.

La contemplation et la méditation des mystères de la vie du Christ, priés dans le cadre du Rosaire, sont donc un chemin de conversion de l’esprit et du cœur.

Laissons le Père de Montfort conclure:

« Prenez bien garde, s'il vous plaît, de regarder comme le vulgaire, et même comme plusieurs savants orgueilleux, cette pratique comme petite et de peu de conséquence; elle est vraiment grande, sublime et divine. C'est le ciel qui nous l'a donnée, et l'a donnée pour convertir les pécheurs les plus endurcis et les hérétiques les plus obstinés. Dieu y a attaché la grâce dans cette vie et la gloire dans l'autre. Les saints l'ont pratiquée et les souverains Pontifes l'ont autorisée [4]».


***

Pour en savoir plus

-Sur le Rosaire, chemin de maturation, dans l’Encyclopédie mariale 

-Sur le Rosaire comme prière trinitaire, dans l’Encyclopédie mariale 

-sur le Rosaire comme prière mariale de contemplation du Christ, dans l’Encyclopédie mariale

-sur la Lettre apostolique sur le Rosaire (Rosarium Virginis Mariae, 2000) de saint Jean- Paul II, dans l’Encyclopédie mariale -sur le Rosaire et le chapelet, dans l’Encyclopédie mariale 

-sur les apparitions mariales et le Rosaire, dans l’Encyclopédie mariale

L’équipe de MDN.