Léon XIII, encyclique Laetitia sanctae (1893)


L’encyclique Laetitia sanctae (1893) est la sixième des onze encycliques que le pape Léon XIII, le « pape du Rosaire », a écrites, à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa Consécration épiscopale ; Elle est datée du 8 septembre, jour où l’église fête la Nativité de la Vierge Marie. Dans cette encyclique, le pape mène une analyse des maux de la société qui peuvent être guéris par la pratique du Rosaire.

***

L’encyclique Laetitiae sanctae (1893)

L’encyclique commence par constater l'impulsion remarquable récente donnée à la dévotion du Très Saint Rosaire et à en rendre grâce à la Vierge Marie :

« Ce réveil s'est fait sentir dans le nombre accru de Confréries instituées à cet effet, la volumineuse littérature d'ouvrages pieux et savants écrits sur le sujet, et les hommages multiples que l'art chrétien n'a pas manqué d'apporter à son service ».

Le pape insiste ensuite sur l’importance du Rosaire pour la société, pour la « prospérité civile de l'humanité ».

Le pape pointe trois maux de la société moderne  auxquels  le Rosaire apporte un remède:

« Il y a trois influences qui nous paraissent avoir le rôle principal dans l'accomplissement de ce mouvement de déclassement de la société. Ce sont d'abord le dégoût d'une vie simple et laborieuse ; la répugnance à la souffrance quelle qu'elle soit ; troisièmement, l'oubli de la vie future. »

L’aversion pour une vie simple et laborieuse

L’aversion pour une vie simple et laborieuse produit de mauvais fruits. Or, il existe une beauté de la vie humble.

« C'est à cette cause que l'on peut faire remonter, dans le foyer, la disposition des enfants à se soustraire à l'obligation naturelle d'obéissance aux parents, et leur impatience de toute forme de traitement qui ne soit pas du genre indulgent et efféminé. Chez l'ouvrier, elle se manifeste par une tendance à déserter son métier, à reculer devant le labeur, à se mécontenter de son sort, à fixer son contempler les choses qui sont au-dessus de lui, et d'attendre avec un espoir irréfléchi une future égalisation de la propriété. On peut observer le même tempérament qui imprègne les masses dans l'empressement à échanger la vie des campagnes contre les agitations et les plaisirs de la ville. Ainsi l'équilibre entre les classes de la communauté se rompt, tout s'ébranle, les esprits deviennent la proie de la jalousie et des brûlures d'estomac, les droits sont ouvertement foulés aux pieds et, enfin, le peuple, trompé dans ses attentes, s'en prend à l'opinion publique. »

Face à ce mal,  la méditation des mystères joyeux du Rosaire est un véritable remède :

« Prenons position devant cette demeure terrestre et divine de sainteté, la Maison de Nazareth. Que de choses avons-nous à apprendre de la vie quotidienne qui s'est déroulée dans ses murs ! Quel modèle parfait de société domestique ! Ici, nous voyons la simplicité et la pureté de la conduite, l'accord parfait et l'harmonie ininterrompue, le respect et l'amour mutuels - pas du genre faux et éphémère - mais celui qui trouve à la fois sa vie et son charme dans le dévouement au service. Voici l'industrie patiente qui fournit ce qu'il faut de nourriture et de vêtements ; qui le fait « à la sueur du front », qui se contente de peu, et qui cherche plutôt à diminuer le nombre de ses besoins qu'à multiplier les sources de sa richesse. Mieux que tout, on y trouve cette suprême paix de l'esprit et cette allégresse de l'âme qui ne manquent jamais d'accompagner la possession d'une conscience tranquille. Ce sont de précieux exemples de bonté, de modestie, d'humilité, d'endurance laborieuse, de bienveillance envers les autres, de diligence dans les petits devoirs de la vie quotidienne et d'autres vertus, et une fois qu'ils ont fait sentir leur influence, ils prennent peu à peu racine dans l'âme, et avec le temps ils n'arrivent pas à provoquer un heureux changement d'esprit et de conduite. Alors chacun commencera à sentir que son travail n'est plus humble et ennuyeux, mais reconnaissant et léger, et revêtu d'un certaine joie par son sens du devoir à s'en acquitter consciencieusement. Alors les manières plus douces prévaudront partout ; la vie de famille sera aimée et estimée, et les relations d'homme à homme seront aimées et estimées, sanctifiées par une plus grande infusion de respect et de charité. Et si cette amélioration devait aller de la personne à la famille et aux communautés, et de là au peuple en général afin que la vie humaine soit élevée à ce niveau, personne ne manquerait de sentir le gain qui en résulterait pour la société. »

La répugnance à la souffrance et les mystères douloureux

Le second mal est la répugnance à la souffrance.

« Un second mal, particulièrement pernicieux, et qu'on ne déplorera jamais assez, à cause du mal croissant qu'il opère parmi les âmes, se trouve dans la répugnance à la souffrance et l'empressement à échapper à tout ce qui est dur ou pénible à supporter. Le plus grand nombre est ainsi privé de cette paix et de cette liberté d'esprit qui restent la récompense de ceux qui font ce qui est juste sans être effrayés par les périls ou les ennuis qu'ils rencontreront en agissant ainsi. Ils rêvent plutôt d'une civilisation chimérique dans laquelle tout ce qui est désagréable sera supprimé, et tout ce qui est agréable sera fourni. Par ce désir passionné et effréné de vivre une vie de plaisir, les esprits des hommes sont affaiblis, et s'ils ne succombent pas entièrement, ils se démoralisent et se recroquevillent et sombrent misérablement sous les épreuves de la bataille de la vie. »

Pour remédier à ce mal, la contemplation des mystères douloureux de la vie du Christ nous permet de donner sens à la souffrance:

« Nous le voyons accablé de tristesse, si bien que des gouttes de sang suintent comme de la sueur de ses veines. Nous le voyons lié comme un malfaiteur, chargé d'injures, couvert de honte, assailli de fausses accusations, déchiré de fouets, couronné d'épines, cloué sur la croix, tenu pour indigne de vivre, et condamné par la voix de la multitude comme méritant la mort. Ici aussi, nous contemplons le chagrin de la Très Sainte Mère, dont l'âme n'a pas été simplement blessée mais "transpercée" par l'épée de la douleur, afin qu'elle puisse être nommée et devenir en vérité "la Mère des Douleurs". En étant témoin de ces exemples de force, non par la vue mais par la foi, qui ne sentirait son cœur s'échauffer du désir de les imiter ? (…)Loin d'utiliser les biens temporels comme une aide pour assurer ceux qui sont éternels, ils perdent complètement de vue le monde à venir et s'enfoncent dans les plus bas abîmes de la dégradation. On peut douter que Dieu puisse infliger à l'homme un châtiment plus terrible que de lui permettre de gaspiller sa vie entière à la poursuite des plaisirs terrestres et à l'oubli du bonheur qui seul dure toujours. »

L'Oubli du Futur et les Mystères Glorieux

Le troisième mal recensé par le pape Léon XIII est l'oubli du Futur .

« Les hommes de nos jours, même s’ils ont eu les avantages de l'instruction chrétienne, poursuivent les faux biens de ce monde de telle manière que la pensée de leur vraie patrie d'un bonheur durable est non seulement écartée, mais, à leur honte soit dit , bannie et entièrement effacée de leur mémoire, malgré l'avertissement de saint Paul : « Nous n'avons pas ici une ville permanente, mais nous en cherchons une qui est à venir » ( Héb . XIII, 4). »

Or, la méditation des mystères glorieux du Rosaire nous délivre de cet oubli du futur :

« Ces mystères sont le moyen par lequel, dans l'âme d'un chrétien, la lumière la plus claire est jetée sur les bonnes choses, cachées aux sens, mais visibles à la foi, « que Dieu a préparées pour ceux qui l'aiment ». D'eux, nous apprenons que la mort n'est pas un anéantissement qui met fin à toutes choses, mais simplement une migration et un passage de vie en vie. Par eux, nous apprenons que le chemin vers le ciel est ouvert à tous les hommes, et tandis que nous voyons le Christ y monter, nous nous rappelons les douces paroles de sa promesse : « Je vais vous préparer une place. Par eux, nous nous rappelons qu'un temps viendra où "Dieu essuiera toute larme de nos yeux", et que « il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur », et que « nous serons toujours avec le Seigneur », et « comme le Seigneur, car nous le verrons tel qu'il est », et « boirons du torrent de ses délices », en tant que « concitoyens des saints », dans la compagnie bénie de notre glorieuse Reine et Mère. En s'attardant sur une telle perspective, nos cœurs s'enflamment de désir, et nous nous exclamons, dans les paroles d'un grand saint : « Comme la terre devient vile quand je lève les yeux vers le ciel ! Alors, aussi, ressentirons-nous la consolation de l'assurance que "ce qui est actuellement momentané et léger de notre tribulation produit pour nous au-dessus de toute mesure un poids éternel de gloire"(2Cor . iv., 17).

15. Ici seulement nous découvrons le vrai rapport entre le temps et l'éternité, entre notre vie sur terre et notre vie au ciel ; et c'est ainsi seulement que se forment des caractères forts et nobles. Lorsque de tels personnages peuvent être comptés en grand nombre, la dignité et le bien-être de la société sont assurés. Tout ce qui est beau, bon et vrai s'épanouira dans la mesure de sa conformité à celui qui est de toute beauté, bonté et vérité le premier principe et la source éternelle. »

L’encyclique se termine par un éloge de la Sainte Confrérie du Rosaire :

ceux qui en font partie

« sont, pour ainsi dire, les bataillons qui combattent le combat du Christ, armés de Ses Mystères Sacrés, et sous la bannière et la direction de la Reine Céleste. »



***

Pour en savoir plus

-Pour lire l’ensemble de l’encyclique Laetitia sanctae, en ligne

-sur les encycliques de Léon XIII sur le Rosaire, dans l’Encyclopédie mariale

-sur les papes et le Rosaire, dans l’Encyclopédie mariale

L'équipe de MDN.