Léon XIII, encyclique Magnae Dei Matris (1892)


L’encyclique Magnae Dei Matris, publiée le 8 septembre 1892, est la cinquième des onze encycliques écrites le pape Léon XIII sur le Rosaire. Elle a pour but de mettre en valeur la façon dont Marie est notre Mère en Christ, et combien, de ce fait, il est important de prier le Rosaire, « forme de prière inégalée, instrument bien propre à conserver la foi et exemple illustre de vertu parfaite ».

***

L’encyclique Magnae Dei Matris (1892)

Après avoir déploré la façon dont

« Des agents corrupteurs (…) s'efforcent trompeusement d'affaiblir et d'arracher complètement aux âmes leur foi chrétienne et le respect de la loi de Dieu dont la foi est nourrie et dépend pour toujours .»

Le pape Léon XIII montre comment le Rosaire est le remède pour ne plus offenser Dieu et retrouver la santé de l’âme.

« Quand nous recourons à Marie dans la prière, nous recourons à la Mère de miséricorde, qui est si bien disposée envers nous que, quelle que soit la nécessité qui nous presse surtout pour accéder à la vie éternelle, elle est instantanément à nos côtés, même si elle n'a pas été invoquée. Elle dispense la grâce d'une main généreuse de ce trésor dont elle a été dès le début divinement dotée en abondance pour être digne d'être la Mère de Dieu. Par la plénitude de grâce qui lui confère le plus illustre de ses nombreux titres, la Sainte Vierge est infiniment supérieure à toutes les hiérarchies des hommes et des anges, l'unique créature la plus proche de toutes du Christ. "

Léon XIII met ensuite en lumière le lien entre Jésus et Marie.

« Il est impossible de dire combien il lui est agréable et gratifiant de la saluer par la salutation angélique, "pleine de grâce"; et en le répétant, de façonner ces mots de louange en couronnes rituelles pour elle. Car chaque fois que nous les disons, nous rappelons le souvenir de sa haute dignité et de la Rédemption du genre humain que Dieu a commencée par elle. Nous rappelons également le lien divin et éternel qui l'unit aux joies et aux peines, aux humiliations et aux triomphes du Christ en dirigeant et en aidant l'humanité vers la vie éternelle.

Il a plu au Christ de prendre sur lui le Fils de l'homme, et de devenir par là notre frère, afin que sa miséricorde envers nous se manifeste le plus ouvertement ; (…) De même parce que Marie a été choisie pour être la Mère du Christ, notre Seigneur et notre Frère, l'unique prérogative lui a été donnée par-dessus toutes les autres mères de nous témoigner sa miséricorde et de la déverser sur nous. En outre, comme nous sommes redevables au Christ d'avoir partagé en quelque sorte avec nous le droit, qui lui est propre, d'appeler Dieu notre Père et de le posséder comme tel, nous lui sommes également redevables de sa généreuse générosité d'amour en partageant avec lui nous le droit d'appeler Marie notre Mère et de la chérir comme telle. »

Marie, notre Mère en Christ

Léon XIII explique ensuite

« Combien est intense la flamme de charité affectueuse et agissante qui resplendit en Marie, en celle qui est vraiment notre mère non pas humainement mais par le Christ. Personne ne sait et ne comprend aussi bien qu'elle tout ce qui nous concerne : de quelles aides avons-nous besoin dans la vie ; quels dangers, publics ou privés, menacent notre bien-être ; quelles difficultés et quels maux nous entourent ; surtout, combien féroce est le combat que nous menons avec les ennemis impitoyables de notre salut. Dans ces problèmes et dans tous les autres troubles de la vie, son pouvoir est le plus étendu. Son désir de s'en servir est le plus ardent pour apporter consolation, force et aide de toute sorte aux enfants qui lui sont chers.

13. Approchons-nous donc de Marie avec confiance, en la suppliant de tout cœur par les liens de sa maternité qui l'unissent si étroitement à Jésus et en même temps à nous. Invoquons avec la plus profonde dévotion son aide constante dans la prière qu'elle-même a indiquée et qui lui est la plus agréable. Alors, avec raison, nous reposerons l'esprit tranquille et joyeux sous la protection de la meilleure des mères.»

Le Rosaire comme méditation

L’encyclique montre ensuite combien la grâce de la foi que nous avons reçue est nourrie par la contemplation des mystères : ceux de la Trinité

« Celui qui vient à Dieu doit croire que Dieu existe et qu'il récompense ceux qui le cherchent. De plus, parce que le Fils éternel de Dieu a assumé notre humanité et a brillé devant nous comme le Chemin, la Vérité et la Vie, notre foi doit comprendre les hauts mystères de l'auguste Trinité des Personnes divines et du Père.»

et ceux qui sont liés à l’Incarnation :

« Tout d'abord les mystères dans lesquels la Parole a été faite chair et Marie, la Vierge et Mère inviolée, accomplit pour Lui ses devoirs maternels avec une sainte joie; viennent ensuite les douleurs, l'agonie et la mort du Christ souffrant, prix auquel s'est accompli le salut de notre race ; alors suivez les mystères pleins de sa gloire ; Son triomphe sur la mort, l'Ascension au ciel.

17. Cette séquence ininterrompue d'événements merveilleux que le Rosaire rappelle fréquemment et avec persévérance à l'esprit des fidèles et présente presque comme s'ils se déroulaient sous nos yeux : et cela, inondant l'âme de ceux qui le récitent avec dévotion d'une douceur de piété qui ne se lasse jamais, les impressionne et les remue comme s'ils écoutaient la voix même de la Sainte Mère expliquant les mystères et conversant longuement avec eux de leur salut. »

Une vraie vie chrétienne

"Et a habité parmi nous"

«20.Tandis que l'esprit s'attarde sur les mystères du Rosaire, le cœur est merveilleusement enflammé par eux pour prendre de vertueuses résolutions. Quel exemple nous avons mis devant nous ! Cela brille partout dans l'œuvre de salut de notre Seigneur. Dieu tout-puissant, dans l'excès de son amour pour nous, prend sur lui la forme de l'homme humble. Il demeure au milieu de nous comme un membre de la multitude, converse avec nous comme un ami, instruit et enseigne la voie de la justice aux individus et aux multitudes. Dans son discours, il est le maître sans égal ; dans l'autorité de son enseignement, il est Dieu. À tous, il se montre un faiseur de bien ; Il soulage les malades des maux de leur corps et, avec une compassion paternelle, guérit la maladie la plus grave de leur âme. Ceux surtout que la douleur trouble ou que le poids de l'inquiétude écrase, Il réconforte par la douce invitation : "Venez à moi, vous tous qui peinez et qui êtes chargés, et je vous soulagerai."(6) Puis en nous, à repose dans son étreinte, il respire ce feu mystique qu'il a apporté à tous les hommes, et nous imprègne avec bienveillance de la douceur et de l'humilité de son propre cœur, avec l'espoir que, par la pratique de ces vertus, nous puissions partager la vérité et la vérité. Paix solide dont il est l'auteur : « Apprenez de moi, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos de vos âmes. » Pour lui-même, en échange de cette lumière de la sagesse céleste et de cette prodigieuse abondance de bénédictions que lui seul pouvait mériter pour l'humanité, il subit la haine des hommes et leurs plus atroces insultes ; et, la croix.

Cet exemple ne peut qu’enflammer le cœur et susciter le désir de suivre le Christ.

La vie de Marie

L’encyclique parle ensuite des mystères de la vie de Marie, elle qui, née de la famille royale de David, a passé sa vie dans l’obscurité et la pauvreté, cet état de vie lui permettant d’être plus libre pour

« Élever son cœur vers Dieu et de s'attacher à lui étroitement comme le suprême Bonté à laquelle son cœur aspirait »,

En outre,

« Le Seigneur est avec celle qu'il a comblée de sa grâce et bénie. Elle est désignée par le messager céleste qui lui est envoyé comme la Vierge de qui, par la puissance du Saint-Esprit, le Sauveur attendu des nations doit sortir revêtu de notre humanité. Plus elle s'émerveille de la dignité sublime et rend grâce à la puissance et à la miséricorde de Dieu, plus elle, consciente de n'avoir aucun mérite en elle-même, grandit dans l'humilité, se proclamant et se consacrant promptement servante de Dieu alors même qu'elle devient sa Mère. .

25. Sa promesse sacrée était aussi sacrée tenue avec un cœur joyeux; désormais elle mène une vie en union perpétuelle avec son fils Jésus, partageant avec lui ses joies et ses peines. C'est ainsi qu'elle atteindra un sommet de gloire accordé à aucune autre créature, qu'elle soit humaine ou angélique, car personne ne recevra une récompense pour une vertu comparable à la sienne ; c'est ainsi que l'attendra la couronne des royaumes des cieux et de la terre car elle sera l'invincible Reine des Martyrs. C'est ainsi qu'elle sera assise dans la cité céleste de Dieu à côté de son Fils, couronnée pour l'éternité, car elle boira avec Lui la coupe débordante de douleur, fidèlement toute sa vie, très fidèlement au Calvaire. »

Marie, notre modèle et notre mère

La contemplation des mystères de la vie de Marie nous la fait prendre pour modèle :

« Attirés par la proximité de la nature commune que nous partageons avec elle, nous nous efforçons avec plus de confiance de l'imiter. Si nous, avec son aide puissante, nous consacrons entièrement et entièrement à cette entreprise, nous pourrons dépeindre au moins une esquisse d'une si grande vertu et d'une si grande sainteté, et reproduire cette parfaite conformité de nos vies à tous les desseins de Dieu qu'elle possédait dans de si merveilleuses un degré, nous la suivrons au ciel.»

et Marie est « la meilleure et la plus attentionnée des mères ».

Des indulgences

« Nous confirmons et ratifions les concessions d'indulgences sacrées faites dans le passé en faveur des fidèles qui passent le mois d'octobre de la manière que Nous avons prescrite. Par votre autorité et votre zèle, Vénérables Frères, Nous savons que le peuple catholique sera animé de dévotion et de sainte émulation à vénérer par le Rosaire la Sainte Vierge Auxiliatrice. »

L’encyclique se termine par une prière pour « ceux qui bafouent les plans de Dieu et blasphèment. »

***

Pour en savoir plus

-Pour lire l’ensemble de l’encyclique Magnae Dei Matris, en ligne

-sur les encycliques de Léon XIII sur le Rosaire, dans l’Encyclopédie mariale

-sur les papes et le Rosaire, dans l’Encyclopédie mariale

 

 

L’équipe de MDN.